Always and Forever
Ils sont là, tout prêt. Ils vous regardent avec tentation, avec envie, avec avidité de sang, de pouvoirs et de vengeances. Les démons sont là. L'inquiétude augmente d'un cran quand les sorciers découvrent son arrivé. L'ange déchu le plus redouté du monde entier est en marche vers cette ville, vers ce monde. Des rumeurs ? Haha...
A savoir
♠ Le forum est interdit au moins de 16 ans au vu du contenu de certains écrits. Nous le déconseillons au moins de 18 ans.
♠ Le contexte du forum se base sur l’univers de la série « The Vampire Diaries ». Cependant nous allons en dévier pour rendre l’univers unique.
♠ Nous demandons un minimum de 250 mots par réponse et une orthographe correcte. Toutes les relations entre adultes consentants sont acceptées!
♠ La violence est autorisée tant qu’elle ne tourne pas au sadisme pur et qu’une mauvaise ambiance règne sur le forum !
♠ Pensez à corriger vos textes, on critique souvent bonpatron, mais il n'en reste pas moins un moyen de contrôle...
♠ Design by Sadja - alias Elena Gilbert - et Balou


Evénements
C’est une étrange période que nous vivons-là… Une tension semble peser sur la ville de Mystic Falls, et la majorité des gens ne savent même pas pourquoi… La nuit semble s’abattre bien plus tôt qu’à l’ordinaire, il règne une ambiance malsaine, lugubre… Mais les créatures savent ce qui cloche. Les démons sont revenus sur Terre. Ils marchent parmi nous, s’assoient à notre table, mangent avec nous. Mais non contents de profiter de la Terre et de ses occupants, les démons élaborent un plan, une conspiration contre l’Humanité toute entière. Elle est apparue dans les songes des sorciers et des sorcières : Lucifer veut revenir parmi nous. Pour cela, le portail qui mène aux enfers doit être une nouvelle fois ouvert. L’incantation est longue, et puissante. Une nouvelle menace apparaît : les créatures elles-mêmes ! La construction du portail perturbe la magie environnante. Les bagues magiques cessent de fonctionner. Les loups et les hybrides se transforment contre leur volonté. Les vampires semblent pris de frénésie soudaine et meurtrière. Les sorciers perdent subitement leurs pouvoirs. Plus personne n’est en sûreté.

Il reste encore un peu de temps. Du temps pour former une résistance. Pour contrer les forces du mal. Ou tout simplement pour sauver ses proches.Sauf si... Vous désirez son retour.


Postes Vacants

Membre du Mois

Staff






 

 Nouvelle inspirée par "L'Echange"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
The Law of The Avocado
Avatar : Jensen Ackles
Gouttes de sang : 1478
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Mystic Falls

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force3
Agilité3
Dextérité 3
Furtivité3
Constitution3
Endurance4
Réflexion 4
Experience4
Trait Racial5
Introduction
Los Angeles, fin des années 1920, la ville est retournée par un scandale sans précédent. Christine Collins lutte contre la police de la ville (LAPD) pour que les enquêteurs reprennent l’investigation qui portait sur la disparition de son fils, Walter, qu’ils ont arrêté après lui avoir donné un autre enfant. Se rendant compte de la supercherie, la téléphoniste va tout faire pour prouver au chef du district qu’elle a raison, mais ce dernier ne se laisse pas faire. Comme toutes les autres femmes qui ont tenté de salir la réputation d’un agent du LAPD, elle est internée dans un hôpital psychiatrique par le capitaine Jones.
Scène (Echange avec une prostituée (Carol Dexter) dans l’hôpital psychiatrique).
On lui avait tout enlevé, ses habits, ses bijoux, son chapeau, sa fierté mais jamais on ne touchera à sa volonté. Christine venait d’arriver dans cet hôpital après avoir été lavée, fouillée comme une malpropre et habillée de cette nuisette. Dans les couloirs les cris des femmes abruties par la sismothérapie raisonnaient et arrivaient à ses oreilles comme le chant des enfers. Accompagnée de deux infirmières, elle fut d'abord amenée à sa futur chambre puis à la cantine. Au milieu du chemin, elle s'arrêta.
- S'il vous plaît, je dois voir un docteur... murmura-t-elle, voulant croire qu'ici elle avait les mêmes droits que dehors.
- Le docteur t’appellera quand ce sera à ton tour! lança froidement l'accompagnatrice sans même la regarder.

Tout était blanc : les murs, les chemisettes des patientes, les tenues des soignants, leurs chaussures ; ce qui créait une ambiance lourde, malsaine. Ils entrèrent dans une salle remplir de tables et de bancs placés symétriquement. Il y avait des surveillants partout autour des pauvres innocentes qui étaient là car elles avaient osé dénoncé un agent de police violeur ou violent.
Christine se dirigea vers le buffet qui avait plus l’air d’être un présentoir à ordure qu’autre chose et prit un plateau qu’elle fit remplir avec ce qui semblait le plus mangeable. Elle pivota et observa un instant les différentes détenues qui se situaient dans la salle. Christine alla s'asseoir où elle trouva de la place, là où il n'y avait pas grand monde, mais elle fut vite rejointe par une autre détenue au cheveux bouclés qui s'installa en face d'elle.
- Tu devrais manger... dit-elle en remuant sa cuillère dans sa soupe. Manger, c'est normal... Elle avala une cuillère de légumes. Tu dois tout faire pour paraître normal ici, c'est ta seule chance...

L'inconnue continua de jouer avec son instrument dans le bol, ses paroles arrivèrent dans l'esprit de Christine comme floues, dénuées de sens. Pourquoi lui disait-elle ça ? Elle n'avait rien fait, elle voulait juste revoir son fils.

-Je m'appelle Carol, Carol Dexter, et toi? demanda-t-elle en la jugeant du regard rapidement avant de se replonger dans son bol de soupe.

- Christine Collins...

La femme qui se trouvait en face d'elle lui lança un petit sourire annonciateur de ce qu'elle allait vivre ici ces prochains jours.

- Allez, je sais que c'est dur, mais il faut te forcer à tout manger... Il faut que tu te forces...

Lui dit-elle gentiment en voyant qu'elle n'avait toujours pas touché son plateau-repas. Tout à coup, elle se pencha par dessus la table pour aller lui susurrer à l'oreille discrètement quelques mots.

- Je les ai entendu parler de toi... Code douze ils ont dit... Elle tritura sa cuillère entre ses longs doigts fins. Sur ordre de la police... Carol planta son regard clair perçant dans celui de la mère qui recherchait toujours son fils. Tout ce petit monde autour de toi se dit que si tu as été amenée par la police, tu dois avoir fait quelque chose de grave...

Christine s'avança légèrement à travers la table.

- Non, je n'ai rien fait... Et j'ai bien toute ma tête... Je compte clarifier ça avec eux. répondit la téléphoniste, sûre d'elle.

- Comment? Questionna l'autre femme, sans lui laisser répondre. Plus tu essaies d'agir comme une personne sensée, plus tu as l'air dingue... Elle lui fit un sourire digne d'une vraie folle avant de reprendre. Si tu souris trop, tu as l'air d'une mythomane ou d'une hystérique, si tu souris pas, tu es dépréssive, si tu te montres neutre, tu es repliée sur toi même, prête à la catatonie...

- A voir, vous avez bien étudié la question... dit Christine en riant nerveusement. Elle se rendait compte maintenant à quoi elle allait devoir faire face.

- Ouai... Tu piges, t'es code douze... Moi aussi! On est ici pour la même raison toi et moi, c'est qu'on a bien emmerdé les flics, chacune à notre manière... Ses mots sortirent de sa bouche avec une certaine fierté, ce qui creusa une fossette sur la joue à la jeune mère.

Elle se tourna vers les autres femmes et en nomma une.
- Tu vois, elle ? Son mari la battait, et quand elle à voulu dire quelque chose... code douze! Son visage se tourna vers une autre inconnue. Tu vois celle là, elle s'est fait violée par une escouade de policiers, puis ils lui ont cassé les deux bras, et quand elle a voulu en parler à la presse... code douze.
Christine regarda son interlocutrice, désabusée.
- Et toi ? Tu as fait quoi?
Elle la regarda droit dans les yeux, avec un sourire dessiné sur les lèvres.
- Je travaille... de nuit, enfin... je veux dire, je bosse de nuit! Elle lui fit un petit clin d’œil pour lui laisser comprendre le sous-entendu. Et un client ne faisait que de me tabasser... et quand j'ai porté plainte, j'ai découvert qu'il était flic, je te laisse deviner la suite...
- Code douze!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

 Nouvelle inspirée par "L'Echange"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jane Mander : Histoire d'un fleuve en Nouvelle-Zélande (livre qui a inspiré La Leçon de piano)
» Excellente nouvelle pour l'A.M.C.P.R!!!
» nouvelle position amoureuse
» Nouvelle chaîne: Max TV
» Nouvelle habillage pour TMC et 16/9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Diaries :: Le Temps de Jouer :: Galerie des Arts-