Always and Forever
Ils sont là, tout prêt. Ils vous regardent avec tentation, avec envie, avec avidité de sang, de pouvoirs et de vengeances. Les démons sont là. L'inquiétude augmente d'un cran quand les sorciers découvrent son arrivé. L'ange déchu le plus redouté du monde entier est en marche vers cette ville, vers ce monde. Des rumeurs ? Haha...
A savoir
♠ Le forum est interdit au moins de 16 ans au vu du contenu de certains écrits. Nous le déconseillons au moins de 18 ans.
♠ Le contexte du forum se base sur l’univers de la série « The Vampire Diaries ». Cependant nous allons en dévier pour rendre l’univers unique.
♠ Nous demandons un minimum de 250 mots par réponse et une orthographe correcte. Toutes les relations entre adultes consentants sont acceptées!
♠ La violence est autorisée tant qu’elle ne tourne pas au sadisme pur et qu’une mauvaise ambiance règne sur le forum !
♠ Pensez à corriger vos textes, on critique souvent bonpatron, mais il n'en reste pas moins un moyen de contrôle...
♠ Design by Sadja - alias Elena Gilbert - et Balou


Evénements
C’est une étrange période que nous vivons-là… Une tension semble peser sur la ville de Mystic Falls, et la majorité des gens ne savent même pas pourquoi… La nuit semble s’abattre bien plus tôt qu’à l’ordinaire, il règne une ambiance malsaine, lugubre… Mais les créatures savent ce qui cloche. Les démons sont revenus sur Terre. Ils marchent parmi nous, s’assoient à notre table, mangent avec nous. Mais non contents de profiter de la Terre et de ses occupants, les démons élaborent un plan, une conspiration contre l’Humanité toute entière. Elle est apparue dans les songes des sorciers et des sorcières : Lucifer veut revenir parmi nous. Pour cela, le portail qui mène aux enfers doit être une nouvelle fois ouvert. L’incantation est longue, et puissante. Une nouvelle menace apparaît : les créatures elles-mêmes ! La construction du portail perturbe la magie environnante. Les bagues magiques cessent de fonctionner. Les loups et les hybrides se transforment contre leur volonté. Les vampires semblent pris de frénésie soudaine et meurtrière. Les sorciers perdent subitement leurs pouvoirs. Plus personne n’est en sûreté.

Il reste encore un peu de temps. Du temps pour former une résistance. Pour contrer les forces du mal. Ou tout simplement pour sauver ses proches.Sauf si... Vous désirez son retour.


Postes Vacants

Membre du Mois

Staff






 

 Rien n'est plus apaisant qu'un verre de scotch. Really ? (Chanel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Channing Tatum
Gouttes de sang : 90
Date d'inscription : 22/05/2016
J’étais revenu à Mystic Falls que depuis peu de temps et passer mes journées au chevet de ma mère se voulait de nature à m’user totalement. J’ai honte de l’admettre mais par moment je m’ennuyais de cette vie que j’avais laissé derrière moi afin de venir m’acquitter de mes obligations familiales.

Ma mère s’étant finalement endormie je décidai donc de quitter l’hôpital afin de rentrer chez moi mais rapidement je ressentis cette folle impression, plus que ravageuse, que pouvait être l’ennui c’est pourquoi je décidai d’enfiler ma veste afin de sortir histoire de prendre l’air. Bien que l’été se voulait à nos portes je dois admettre que la fraicheur de ce vent caressant ma peau, et mon visage, se voulait de nature à m’apaiser …rarement avais-je vu une nuit me sembler aussi calme mais parfois nos perceptions pouvaient également nous jouer de biens vilains tours.

Arpentant les rues du centre-ville, sans réel but précis, je finis par m’arrêter devant ce restaurant bar alors que je ressentais la soudaine envie de m’envoyer un verre qui, peut-être, risquait d’être le premier d’une longue série.

Une fois ma jolie petite carcasse à l’intérieur, de l’enceinte de cet endroit que la faune locale appelait Le Grill, je finis par me frayer un chemin jusqu’au comptoir, sans trop me soucier des gens présents, et je finis par m’installer au bar afin de me commander à boire. Rien ne pouvait rivaliser avec un scotch d’au moins 50 ans d’âge et je comptais bien m’offrir ce genre de petits plaisirs. Je le méritais bien après tout. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Brittany Brousseau
Gouttes de sang : 195
Date d'inscription : 31/01/2016

Rien n'est Plus Apaisant qu'un Verre de Scotch. Really ?
Declan Moss & Chanel A. Thomson
La musique résonnait doucement à mes oreilles alors que je m'étais assise devant mon petit boudoir. J'affectionnais particulièrement ce vieux meuble en bois que m'avait donné Maria, qui en possédait un au moins trois fois plus grand. Mon reflet apparaissait devant cette glace, reflet que j'avais toujours de la peine à accepter. Celle que je prenais pour ma grande sœur m'aidait à apprendre à me regarder, à m'apprécier mais c'était un long chemin qui allait être recouvert d'embûches bien plus haute qui ne pouvait y paraître. Mon déni contre moi-même était une montagne que j'avais peine à pouvoir imaginer soulever, tel l'Everest.

Je saisis alors la petite tirette du premier tiroir pour trouver ce que m'avais laissé la jolie Portoricaine. Je souris en voyant une gamme de fond de teint. A voir, elle était bien décidée à me changer. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres rosée avant que je n'ouvre le second tiroir. Voilà qui me convenait mieux : mascaras, eye-liners et différents coloris de fards à paupière. Je pris alors tout cet attirail qui ne m'était plus tant inconnu que cela et commençait à l'étaler sur le meuble pour chercher ce qu'il me fallait. J'usais de ma mémoire pour me rappeler de ce que m'avait conseillé la Latino : un léger trait d'eye-liner par dessus un maquillage naturel et frais. Comment est-ce qu'un maquillage pouvait être frais ? Passant cette question, je pris alors le fards et commençait à travailler ma peau avec précaution, comme s'il s'agissait de soie. Une fois plus ou moins contente du résultat, je pris l'eye-liner et dessinait lentement et précisément le contour des traits avant de remplir l'intérieur délicatement.

Une fois le mascara mis, et après avoir enfilé un vieux trench vu qu'il pleuvait, je me dirigeais vers le Grill où j'aimais passer du temps toute seule à y lire des livres de mon auteur préféré : Declan Moss. Ce fut donc armé de mon gros sac et d'un parapluie que je poussais la porte pour arriver dans le bar où se trouvait pas grand monde, comme d'habitude à ces heures. Je me dirigeais vers le bar afin d'y poser mon sac qui devait être bien trop lourd pour moi - il avait été fait par Maria qui m'avait précisé de ne pas le vider car il contenait le stricte minimum pour une demoiselle. Je soupirais une fois la tâches faite, me tenant légèrement le dos puis je m'assis.

- Une eau citronnée Demandais-je doucement afin de ne pas déranger l'inconnu qui était à côté de moi.

Je m'étais bien mis un ou deux sièges plus loin, afin d'être sûre de ne pas être dérangée. La confiance en le sexe fort n'étant toujours pas revenue, je prenais toutes les précautions. Alors que la serveuse remplissait mon verre, je me sentais tendue à cause de sa présence. Même s'il ne m'avait pas encore adressé un regard. Je pris alors mon gros sac et me mis à fouiller parmi pour y retrouver ce fameux Tome que j'avais bientôt terminé pour le poser sur le comptoir en attendant ma boisson qui venait d'arriver.

- Merci ! Soulignais-je avant de tremper mes lèvres dans le liquide.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Channing Tatum
Gouttes de sang : 90
Date d'inscription : 22/05/2016
Pour le moment je n’avais pas trop la tête à me caser, même si mon entourage immédiat me mettait une pression d’enfer en ce sens, de la façon dont j’envisageais la question je ne voyais pas d’urgence et puis j’avais d’autres priorités que de me consacrer à trouver la femme de ma vie. Tout d’abord faudrait-il qu’elle existe, dans un premier temps, et qu’elle se manifeste.

Absorbé, totalement, par mes pensées je ne portais que très peu attention à ce qui pouvait se passer autour de moi. J’étais plus que songeur alors que je me sentais tiraillé entre ce qui m’avait ramené au bercail et ce qui m’avait incité prendre le large il y a déjà plusieurs années. Mystic Falls n’avait pas réellement changer, c’était toujours et encore le même bled, je comprenais d’autant plus pourquoi j’en étais venu à cette décision : celle de mettre les voiles. Si mon séjour devait s’éterniser je me demandais comment j’allais pouvoir concilier ma vie personnelle avec mes impératifs professionnels … c’était loin d’être simple après tout.

Je pensais à tout ce à quoi j’avais été contraint de renoncer, momentanément, afin de revenir à la maison et c’est alors que mon esprit reprit contact avec la réalité lorsque j’entendis une voix féminine – douce à souhait – retentir et venir quelque peu titiller mes oreilles. Discrètement, et furtivement, je détournai le regard en sa direction et je ne pus que remarquer à quel point elle pouvait être jolie. Loin du faste, et de l’artifice, hollywoodien j’étais ici en présence d’une véritable beauté naturelle. Cette jeune femme avait ce léger je ne sais quoi dans le regard, une douce expression de vulnérabilité, qui n’était pas sans m’émouvoir … échangeant un bref regard avec cette dernière je m’emparai de mon verre afin de le porter à mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Brittany Brousseau
Gouttes de sang : 195
Date d'inscription : 31/01/2016

Rien n'est Plus Apaisant qu'un Verre de Scotch. Really ?
Declan Moss & Chanel A. Thomson
La pluie frappait mon trench-coat alors que je marchais depuis au bord de la route, prenant attention à ne pas me faire éclabousser par les voitures qui roulaient bien trop vite à mon goût. Malgré la couleur morne du ciel, j’aimais cette météo, peut-être parce qu’elle me rappelait moi, mon intérieure qui avait été détruit, mis en morceau par ces inconnus. Je n’osais pas relever le visage pour regarder les nuages comme j’aimais le faire avant, de peur de réduire aussi mon maquillage en ruine alors je me cantonais à regarder le long serpent de goudron sur lequel je marchais. Mes bottines commençaient à s’imbiber légèrement d’eau alors que même le parapluie les protégeait. Je tentais de lutter contre le vent comme je le pouvais, et je m’en étais plutôt bien sortie ! Ce fut trempe, mais pas jusqu’aux os que j’arrivais devant le Grill.

L’ambiance y était la même que d’habitude : plutôt calme. J’observais gentiment la pièce, et discrètement afin d’éviter le plus possible les regards, surtout ceux des hommes. Je passais alors en zigzaguant entre les tables et les chaises afin de me retrouver devant le comptoir où j’avais ma place où je m’asseyais toujours. Cependant cette fois, un inconnu était assis juste à côté, un inconnu assez imposant, un puissant dos musculeux et des bras qui écraseraient mon cou aussi facilement qu’une étoffe de soie. Je me résolus alors à me décaler d’un siège, ce qui était encore une mince distance pour ma sûreté, du moins à mon goût. Maria aurait sauté sur l’occasion, je le savais, mais je n’étais pas Maria et les beaux hommes n’avaient pas le même effet sur moi que sur elle.

Tout en discrétion, je m’assis sur cette chaise un peu trop haute pour moi et commandais mon habituelle eau citronnée que je dégustais en une petite heure, au fil des pages que je dévorais comme du chocolat. Je ne pus me retenir d’adresser quelques regards, du coin de l’œil en direction de l’homme qui était prêt de moi, en train de boire son verre de whisky… Encore une chose que je n’appréciais pas. Le whisky… Et les hommes qui en buvaient. Ils devenaient tous violents… Pas besoin de vous dire quelle odeur sentaient mes agresseurs lorsqu’ils ont tenté de faire de moi leur gouter.

Son regard croisa le mien une fois et je fus comme bloquée, non pas qu’il dégage spécialement une haine ou un sentiment négatif. Son visage m’était familier, mais je ne saurais dire d’où. J’avalais difficilement ma salive, était plus tendue que d’habitude et d’un geste léger, mais maladroit, je fis tomber mon livre par terre ainsi que mon verre d’eau.
- Ohh non ! Soupirais-je en me levant pour ramasser les dégâts. Le papier était trempe, et pas que de façon superficielle, j’étais partie pour devoir en racheter un et ce n’allait pas être pour demain au vu du minable salaire que je me faisais au supermarché.
Je posais alors le bouquin sur le comptoir à nouveau, avec le premier de couverture et le quatrième exposé aux yeux de tous, restant en bas pour tenter d’éponger le tout avec des mouchoirs


electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Channing Tatum
Gouttes de sang : 90
Date d'inscription : 22/05/2016
Certes il pouvait, à tout le moins par moment, être pour le moins déplacé et fort malvenu de regarder une personne avec insistance … je le savais pertinemment puisqu’il m’était arrivé au fil des ans de subir ce genre de regard intrusif c’est pourquoi je tentais d’éviter de commettre ce genre de geste plus que désagréable à toute personne le subissant. Bien que j’en étais totalement conscient il m’était difficile de ne pas me laisser tenter par la douceur et la fragilité de son regard, la belle avait ce léger je ne sais quoi qui se voulait de nature à m’intriguer.

Attendri pas sa vulnérabilité j’avais envie d’amorcer une approche dans le seul but d’apprendre à la connaitre mais je pouvais également concevoir qu’elle ne partageait pas ce désir c’est pourquoi je préférais demeurer en retrait et ne pas forcer le truc. Le forcing relationnel, Dieu ce que je pouvais détester.

Jouant avec mon verre, le faisant machinalement tourner entre mes doigts, je le portais à mes lèvres pour ensuite le poser sur le comptoir répétant le tout à quelques reprises alors que je tentais de résister à cette folle envie que j’avais de laisser mon regard se fondre dans celui de la jeune femme. Jamais je ne m’étais senti autant interpellé. Bien que fortement préoccupé par ma situation professionnelle et ce qui m’avait incité à revenir à la maison l’éclat du regard de la séduisante jeune femme parvenait à me sortir de mes pensées.

La jeune femme ayant échappé son bouquin, et renversé le contenu de son verre contre le sol, n’avait pas été sans attirer mon attention. Je trouvais totalement inconcevable que personne ne daigne lui venir en aide. M’approchant d’elle, d’un pas lent et manquant quelque peu d’assurance, je finis par lui tendre quelques serviettes de papier.

Je crois qu’il va vous falloir quelques serviettes. Je lui adressai un léger sourire tout en posant mon regard sur son bouquin. Il parle de quoi votre bouquin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvel habitant
Avatar : Brittany Brousseau
Gouttes de sang : 195
Date d'inscription : 31/01/2016

Rien n'est Plus Apaisant qu'un Verre de Scotch. Really ?
Declan Moss & Chanel A. Thomson
Il m’arrivait de me souvenir du passé, celui qui m’était lointain, celui où l’innocence n’était même pas encore une valeur connue. Où l’inconscience était maîtresse de chacun de mes mouvements, de mes pensées. Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir retourner en enfance, vivre sans tous ces problèmes qui arrivent dès la fin de la puberté : paiement des factures, sexe, alcoolisme, violence, travail forcé, … Mais l’évolution de l’Homme ne laissait aucune chance pour cela. Dès que les vingt-et-un ans étaient passés, révolus, tout nous arrivait dans la gueule en un coup. Encore avais-je la chance de ne pas être un homme pour ne pas devoir faire mon service militaire. Bien sûr, la meute m’aidait à avancer et me simplifiait la tâche. Je n’avais plus besoin de penser à toutes ces assurances et autres frais mais en contrepartie je ne voyais plus grand-chose de mon salaire qui allait dans ce qui pouvait être comparé à un « pot commun » afin de payer les besoins de toutes et tous. Tant que j’avais de quoi me payer des livres et quelques verres au Grill, cela m’allait.

Le tabouret n’avait rien de confortable, un vieux meuble de bar usé par les séants des clients. Tout se passa bien jusqu’à ce que je remarque la présence de cet homme à côté de moi. Grand, musclé… Beaucoup trop imposant pour laisser ma conscience d’ancienne victime tranquille et cela même après m’être décalé d’un siège. Cette phobie était plus forte que tout, et je ne savais pas pour où commencer pour lutter contre. Légèrement nerveuse, je ne savais plus où donner de la tête surtout que je me sentais épiée. Et cette impression me fit faire la gaffe que je n’aurais pas dû, à savoir : renverser mon verre par terre, et le bouquin avec.

Mon premier réflexe, éclair, fut de prendre le livre aussi rapidement que possible pour limiter les dégâts. Et ensuite de ramasser les gros morceaux de verre. Cependant alors que j’entrepris cette tâche, je vis des serviettes proches de mon visage. J’observais ces morceaux de papier, remontant en direction de la main qui les tendait avant de remarquer des veines très masculines la parcourir, qui remontaient elles-mêmes sur un avant-bras recouvert d’un duvet de poils clairs et des bras bien taillés. Tout au long de ce voyage, ma gorge se sera, m’empêchant presque de respirer. Je dus rester dans cette position quelques secondes, comme si j’étais sur arrêt. La peur me faisait souvent cet effet-là. Puis je baissais les yeux avant de prendre délicatement le petit tas de papier afin d’éponger le sol.
-Merci… Répondis-je presque d’une façon muette, par simple réflexe de politesse.
Sa voix masculine n’avait rien d’agressive, mais le simple fait qu’elle me soit inconnue suffisait à me rendre peureuse, plus peureuse que d’habitude. Et s’en suivit une question qui me bloqua à nouveau alors que je terminais j’éponger le sol.

J’avais peut-être espéré que ce cher Saint-Maritain se serait arrêté à m’apporter une simple aide, mais à voir ce n’était pas le cas. Sans le regarder dans les yeux, je souris à ça question, après tout peut-être était-il juste curieux de savoir de quoi parlait ce livre, et partirait ensuite.
-C’est l’histoire d’une jeune femme qui a grandi trop vite et qui n’arrive plus à s’identifier, qui est perdue… Mais je n’en sais pas beaucoup plus… Je viens de commencer le livre, j’ai dû attendre un moment avant de pouvoir l’acheter. Dis-je avant de me relever, de donner les papiers trempes à la serveuse et de soupirer en voyant l’état du bouquin. Mon estomac se noua alors que mes yeux s’embuèrent, mais je devais me faire violence, après tout ce n’était qu’un livre… Peut-être en faisais-je trop ? Une dizaine de dollars, ce n'était pas grand chose... Enfin pour le commun des mortels.


electric bird.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

 Rien n'est plus apaisant qu'un verre de scotch. Really ? (Chanel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Diaries :: Mystic Falls :: Le Grill-