Always and Forever
Ils sont là, tout prêt. Ils vous regardent avec tentation, avec envie, avec avidité de sang, de pouvoirs et de vengeances. Les démons sont là. L'inquiétude augmente d'un cran quand les sorciers découvrent son arrivé. L'ange déchu le plus redouté du monde entier est en marche vers cette ville, vers ce monde. Des rumeurs ? Haha...
A savoir
♠ Le forum est interdit au moins de 16 ans au vu du contenu de certains écrits. Nous le déconseillons au moins de 18 ans.
♠ Le contexte du forum se base sur l’univers de la série « The Vampire Diaries ». Cependant nous allons en dévier pour rendre l’univers unique.
♠ Nous demandons un minimum de 250 mots par réponse et une orthographe correcte. Toutes les relations entre adultes consentants sont acceptées!
♠ La violence est autorisée tant qu’elle ne tourne pas au sadisme pur et qu’une mauvaise ambiance règne sur le forum !
♠ Pensez à corriger vos textes, on critique souvent bonpatron, mais il n'en reste pas moins un moyen de contrôle...
♠ Design by Sadja - alias Elena Gilbert - et Balou


Evénements
C’est une étrange période que nous vivons-là… Une tension semble peser sur la ville de Mystic Falls, et la majorité des gens ne savent même pas pourquoi… La nuit semble s’abattre bien plus tôt qu’à l’ordinaire, il règne une ambiance malsaine, lugubre… Mais les créatures savent ce qui cloche. Les démons sont revenus sur Terre. Ils marchent parmi nous, s’assoient à notre table, mangent avec nous. Mais non contents de profiter de la Terre et de ses occupants, les démons élaborent un plan, une conspiration contre l’Humanité toute entière. Elle est apparue dans les songes des sorciers et des sorcières : Lucifer veut revenir parmi nous. Pour cela, le portail qui mène aux enfers doit être une nouvelle fois ouvert. L’incantation est longue, et puissante. Une nouvelle menace apparaît : les créatures elles-mêmes ! La construction du portail perturbe la magie environnante. Les bagues magiques cessent de fonctionner. Les loups et les hybrides se transforment contre leur volonté. Les vampires semblent pris de frénésie soudaine et meurtrière. Les sorciers perdent subitement leurs pouvoirs. Plus personne n’est en sûreté.

Il reste encore un peu de temps. Du temps pour former une résistance. Pour contrer les forces du mal. Ou tout simplement pour sauver ses proches.Sauf si... Vous désirez son retour.


Postes Vacants

Membre du Mois

Staff






 

 Anthony Clarkson - Mentir n'est qu'une vérité sous un autre point de vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
It's me, ... Clarkie!
Avatar : Matt Bomer
Gouttes de sang : 60
Date d'inscription : 29/02/2016
Anthony Clarkson

ft. Matt Bomer




Métier : Journaliste dans un petit journal local
Âge : 36 ans
Origines : Américaines
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Situation: Célibataire
Date de naissance : 14 Décembre 1977
Groupe : Fratrie des Hybrides



Description Psychologique


Anthony a toujours cru que dans la vie, pour réussir, il fallait savoir. Connaître. Et apprendre. Sans un minimum de connaissances, il était difficile de faire quoique ce soit d’utile de sa vie. C’est le principe qui le régit depuis quelques années maintenant. Depuis qu’il a activé son gêne de loup, en fait. La découverte de sa véritable nature, et des conséquences que cela impliquait, lui avait quelque peu ouvert les yeux sur la réalité des choses. Lui qui avait été jusqu’ici trop crédule, trop naïf. Ce n’était pas faute de passer beaucoup de temps à étudier, et travailler sa culture générale. Il bouquinait beaucoup, des magazines ou des revues de toutes sortes. Il avait profité de la vie sédentaire de sa tante pour lire et écrire. La vie de cirque ambulant ne lui offrait pas suffisamment d’occasions pour ça. Mais elle lui avait au moins apprit une chose : garder l’esprit ouvert, toujours et quoiqu’il arrive. Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, comme on dit. Il en tira au final, une assez belle culture générale, qu’il ne manque pas de mettre à profit en le partageant avec tout le monde. Il n’en est pas venu à créer son propre blog, pas encore…

Dans un sens comme dans l’autre, il a toujours su voir le bon côté de chaque personne qu’il croisait. Il faut voir ça comme une sorte d’instinct. Ou un sixième sens. Ou alors son ouverture d’esprit qui veut ça. Peut-être même le loup qu’il héberge en lui. L’origine de cette caractéristique importe peu, l’essentiel étant qu’au fil du temps, il arrivait toujours à trouver une excuse à telle ou telle personne, mettant en exergue les qualités, pour atténuer les défauts. Là où tout un chacun aurait eu tôt fait de juger, mettre en avant les défauts, et traîner les autres dans la boue. Il tient à cette vision du monde, dont il n’a pas forcément conscience. Il ne faut pas le prendre pour quelqu’un de stupide pour autant. Ni de foncièrement naïf. Anthony sait très bien, au fond, que tout le monde ne peut pas être gentil. Ce monde est loin de ressembler aux dessins animés, ni aux Frères Scott.

Là où la plupart des gens se montrent impulsifs, ou totalement irréfléchis dans leurs actes, lui se montre posé et calme. Faisant preuve d’intellect. Il réfléchit d’ailleurs assez vite. Anthony se distingue des autres également par sa spontanéité. Ce qui, combinés, lui permet d’avoir quand même un certain contrôle sur son esprit et sur ce qu’il fait, sous la pression ou dans l’urgence. Certains pourraient qualifier ça de sang-froid, mais ce n’est pas réellement le cas. Car la peur, il l’a déjà ressenti. Et il sait qu’il pourrait la ressentir encore. Sa nature récente n’allait en rien changer cet état de fait. D’autant qu’il entrait dans un monde dont les dangers étaient grands, et les facettes inconnues nombreuses. Les occasions de prendre peur allaient pulluler à foison assez rapidement. Mais ce n’était pas pour autant l’excuse pour paniquer et péter les plombs. Il s’efforce donc… D’agir aussi vite qu’il le peut, mais intelligemment. Ce qui n’est ni facile, ni donné à tout le monde.

Et sa plus grande manie, qui peut parfois se décliner en défaut, est de mentir. Surtout dans les cas où il est acculé, sans pouvoir se retrancher. Ce genre de situation qu’il déteste d’ailleurs. A force, il a fini par se rôder, et comprendre les grandes lignes d’un bon mensonge. Il faut que celui-ci soit gros. Pas trop, quand même, sinon cela devient vite ridicule. Ajoutez à ce mensonge une bonne dose de préparation à l’avance, et d’anticipation, le moindre détail pouvant compter. Et le but est de pouvoir en dire un maximum, en parlant le moins. Si on débite le mensonge d’un coup, on sent l’histoire inventée de toutes pièces. Si on débite les détails peu à peu, sans montrer d’hésitation, là, le mensonge prend du crédit. Et ça, Anthony l’a bien compris. Les expressions faciales en sont également un atout important. Nombreux sont ceux qui se font trahir par la même réaction du visage quand ils mentent : un sourcil qui s’excite, une lèvre qui s’affole, une joue qui se creuse… Sur ce point, après moult problèmes, l’hybride a fini par réussir à maîtriser ses indicateurs corporels pour donner de l’assurance à ses mensonges… Mensonges qui se font de plus en plus nombreux. Ce n’est, au fond, pas véritablement de sa faute. Il n’a pas été élevé comme ça. Il ne voulait pas vraiment finir comme ça. Mais le mensonge, c’est comme une drogue. On ne le sent pas venir, c’est plus fort que soi, et ça fait toujours pleins de dégâts.

Peu lui importe, de toute manière, d’être un menteur. Il ne s’accroche pas assez aux gens, pas assez intimement en tout cas, pour qu’on ne vienne lui en tenir rigueur. Et de toute façon, il a toujours été plus ou moins… Fataliste. Pour lui, la vie est déterminée selon un grand fil conducteur sur lequel personne n’a aucune influence individuellement. Ce fil, ou le destin, peu importe le nom qu’on lui donne, déterminerait la vie de tout un chacun dans le monde. Ce qui est arrivé était destiné à arriver. Et donc mentir, pour lui, fait partie de ce « destin ». Dans certains cas, cela peut être vu comme une qualité. Après un évènement tragique, être fataliste permet de rejeter la faute sur un autre, d’extérioriser une douleur en la mettant au service d’une cause plus grande. Mais du coup, selon les points de vue, cela peut aussi être un défaut. Il n’y a rien de pire que d’avoir en face de soi quelqu’un de sceptique, de fataliste. On aura tendance à le voir trop… Trop apte à baisser les bras, à renoncer. Ce qui n’est pas forcément son cas, mais c’est tout du moins l’impression qui s’en ressort de sa manière d’être.

Et même si pour lui, le chemin est déjà tout tracé selon ce grand fil, cela ne lui interdit pas d’être à l’écoute. De vouloir comprendre. Bonne oreille, il laisse les autres s’ouvrir à lui, sans rechigner d’aucune sorte. Comme une bonne épaule sur laquelle se reposer quelques minutes le temps de partager ses problèmes. En ce sens, il fait preuve d’un grand respect. Aucun commentaire désobligeant, aucun jugement, ni aucune violence de sa part dans ce genre de moments. Juste… Un silence qu’il tient avec aplomb. Et on le lui rend bien, du moins, c’est ce qu’il pense. Loin d’avoir les chevilles qui enflent, il reste terre à terre de ce côté-là, mais il se plait à croire que c’est l’une de ses plus grandes qualités et la raison pour laquelle il entretient plutôt de bonnes relations avec Niklaus ainsi que le reste des hybrides. Outre son incroyable intelligence… Et modestie.

Sa transformation en hybride, il ne l’avait pas vu venir. Déjà, à la base, il ne savait même pas que c’était possible. La grosse surprise avait été sa transformation en loup-garou, la seconde de découvrir l’existence des vampires et des sorciers. Niklaus était venu apporter la touche finale dans le tournant de sa vie. Et en cela, il lui était reconnaissant. Car, sa condition de loup-garou, il ne l’acceptait pas forcément très bien. Il s’en accommodait, et était content des avantages qu’elle lui apportait. Mais les inconvénients, comme la transformation chaque lune, étaient particulièrement gênants. Ce n’était pas en soit la douleur de la transformation, ou le fait qu’il n’ait pas de réel contrôle dessus, qui l’embêtait. Mais surtout parce qu’il se sentait bridé, enchaîné. Comme si on ne le laissait pas s’exprimer. Et ça, c’était cet Originel, Niklaus, qui l’avait « libéré » des chaînes de la malédiction. D’autant qu’il n’était pas contre non plus profiter des caractéristiques des vampires. Bien qu’il ne cherche pas le pouvoir en soi, ce dernier restait toujours le bienvenu.

Description Physique



Très souvent, on affirme que « plus c’est petit, plus c’est mignon ». Il suffit de voir l’intérêt des filles qui s’affolent dès qu’un chiot pointe le bout de son museau, ou qu’un hamster apparaît. Pourtant, Anthony prouve le contraire. Il est grand. Ce n’est pas non plus un géant, mais il peut quand même prendre de haut un certain nombre d’autres hommes. Et de femmes du coup. Bien que ce ne soit pas dans ses habitudes que de prendre de haut les gens qui l’entourent. Il n’est pas non plus très large, ni très baraqué. Juste ce qu’il faut pour se défendre, rester actif... Et plaire selon les stéréotypes de la nouvelle génération. Sans finir totalement déformé et arrondi comme s’il s’était injecté de l’air dans les muscles. Jusqu’ici, il n’a jamais eu à se plaindre.

Et ceci, il le doit au sport qu’il a pratiqué pendant sa jeunesse. En effet, le hockey sur glace lui a permis d’acquérir l’endurance qu’il possède aujourd’hui. Mais surtout, c’est à sa vie dans le cirque qu’il doit le plus gros du travail. Sa famille étant des trapézistes doués de talent, il avait pu commencer à s’entrainer jeune. Évidemment, il n’en faisait pas à cet âge, du trapèze. Il était trop jeune, trop petit, trop peu expérimenté. Mais rien ne l’empêchait de commencer très tôt la gymnastique. C’est sans doute ce qui lui conféra cette énergie et souplesse dont il fait preuve régulièrement.

Il en est d’ailleurs devenu assez agile. Très même. Son enfance au cirque lui donna la flexibilité, pendant que le hockey sur glace lui donnait la vitesse et la force. Du coup, il faut se méfier. Se méfier car il est vif, puissant. Sans aucun doute que face à lui, un individu peu entraîné ou mal préparé, risquerait de se faire gravement mal. D’autant que sa nature de loup-garou, puis maintenant d’hybride, avait décuplé ses sens et sa force avec une puissance peu commune. Il donnait probablement l’air d’être inoffensif, surtout face aux tas de muscles et aux gros bras énormes, mais il faut se méfier. Il n’en reste pas moins une menace.

Et derrière cette apparence assez inoffensive, il fait preuve d’énormément de charme. Certains diront que c’est la faute de ses yeux clairs, et gris perçants. D’autres de son sourire ravageur et ses dents blanches. Et d’autres encore pourront dire, sans doute par jalousie, que ceux sont ses goûts vestimentaires soignés qui lui donnent ce charme. D’autres, encore et toujours, rejetteront ça sur sa chevelure brune, donnant l’impression d’être fugace et rebelle, et pourtant si bien maitrisée. Quoiqu’on puisse en dire, c’est qu’il a le profil type du séducteur. Bien qu’il n’en ait pas forcément la mentalité qui va avec. La peau claire et les manies soignées, il aime juste rester propre et bien présentable. Après tout, on ne sait jamais ce dont sera fait demain ?





Histoire




Nombre de gens ont eu une enfance banale. Ils faisaient peut-être quelque chose de leur vie, la rendaient incroyable, avec le temps. Mais ils avaient tous à la base les mêmes retournements dans leur vie de bambin qui les rendait alors peu originaux les uns par rapports aux autres. Ce n’était pas le cas d’Anthony. Rien que le fait qu’il naisse au sein d’une petite communauté d’un cirque le rendait différent des autres. Il n’était pas handicapé, ni doué de pouvoirs particuliers. Non, il avait juste un mode de vie à part. Ses deux parents étaient trapézistes, dans un petit cirque ambulant qui faisait le tour des États-Unis, parfois du Canada, pour divertir les villes et villages. Il put découvrir aux côtés du duo que formaient son père et sa mère l’art du Trapèze et de la gymnastique. Durant ses premières années de vie, il baigna dans ce monde qui semblait marginal au reste de la société humaine, comme intemporel et n’étant pas soumis aux aléas de la vie. Il avait l’impression de découvrir une aventure extraordinaire, pleine de magie et de spectacle. Les parents d’Anthony essayèrent tant bien que mal d’exercer leur fils unique à leur passion. Ils n’eurent pas à faire d’énormes efforts. Bien qu’ils n’aillent pas non plus le mettre sur un tel objet suspendu dans les airs alors qu’il n’avait encore que quelques années, ils pouvaient voir ses yeux briller de fierté tous les jours, à chaque représentation. Anthony ne participait pas directement aux spectacles, mais il accompagnait ses parents tout de même sur scène. Il faisait le pitre, introduisant le duo de ses parents avec quelques gestes humoristiques. Sans doute, le public aimait-il ça, accompagné de sa petite bouille de jeune bambin.

La vie de cirque imposait des voyages réguliers. Ils ne restaient que quelques jours dans la même ville, puis repartaient aussitôt après avoir remballés toutes leurs affaires. Et Anthony avait fini par prendre goût à ces voyages. Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles contrées, de nouvelles villes, et de nouvelles personnes, était si rafraichissant. Il regrettait de ne pas avoir d’appareil photo pour mémoriser chacune des images qu’il avait l’occasion de voir. Sa famille n’était pas suffisamment riche pour lui en offrir un. Cependant, il put compenser. Une feuille, un crayon, et le minimum requis était réuni. Il passa son temps à dessiner, tout ce qu’il pouvait voir. D’un simple arbre, au paysage, ainsi qu’à l’horizon des villes, ou de personnes qu’il pouvait croiser. C’était sa manière de retranscrire ce qu’il voyait sur un bien matériel, pour réveiller nostalgie et souvenir. Et comme il était plutôt libre de son emploi du temps, il avait eu le temps de travailler ses gestes et son art du crayon. Dès ses plus jeunes années, il dessinait déjà très bien, ce qui faisait la curiosité des passants, et plaisait beaucoup aux membres de la communauté. Il se retrouva rapidement avec un carnet bien rempli, dont il ne se séparait jamais. On pouvait d’ailleurs voir l’évolution de son talent au fil des pages, les dessins devenant plus détaillés, plus complets, plus précis… Plus beaux. Il se constituait son propre album souvenir, à partir de ses propres mains.

Néanmoins, la vie de cirque pouvait paraître aussi idyllique qu’elle soit, il n’en reste pas moins que les forains sont souvent accusés de tous les tords. Un animal blessé, une personne disparue, des accidents, … Les riverains accusaient forcément les forains de passage. Ils avaient bonne poire, et il était dans la nature humaine et d’une facilité déconcertante de toujours reporter la faute sur les autres. Encore plus si ceux-ci ne restent pas dans les parages : aucune conséquence aux actes, insultes et accusations. Anthony put découvrir toute l’horreur de l’humanité en quelques gestes, dès ses neufs ans. Tout commença sous la forme d’une légère hostilité, après une représentation. Le jeune louveteau était trop jeune, et trop innocent, pour comprendre la réelle raison de l’embrouille. Il ne comprenait pas comment des personnes, censées être adultes et responsables, pouvaient en venir aux mains pour se battre, et ce, pour des raisons parfois totalement futiles. Et c’est ce qui rendit son fardeau plus lourd à porter. Car il ne savait pas, ni ne comprenait pourquoi, ces trois hommes sont arrivés en criant, des armes à feu à la main, qu’ils pointèrent sur les forains paralysés de stupéfaction et de crainte. Les cris continuèrent, et alors que la communauté tenta de temporiser dans l’espoir de voir les choses se tasser, des coups de feu malencontreux partirent. Anthony n’oubliera jamais. Il n’oubliera jamais le visage de ses parents, inertes sur le sol, un léger filet de sang coulant le long des lèvres. Ni même la vision de la police emmenant les trois coupables dans les voitures, menottés, tentant de se débattre et se justifier à coup d’insultes envers les forains. Le rêve était terminé, c’était le retour à la réalité.


La perte de ses parents avait été un choc. Une catastrophe qu’il n’aurait jamais pu prévoir, ni que personne n’aurait pu prévoir. Il avait assisté à la scène du début à la fin, de manière distante et éloignée certes, mais n’avait laissé échapper aucun détail. Du haut de ses neufs ans, la chute était encore plus terrible que pour quiconque. Encore pire, il n’avait même pas eu le temps ni l’occasion de dire au revoir à son ancienne vie. On l’avait emmené, de force. On lui avait dit que c’était pour son bien. Mais ça ne l’était pas. Son bien, c’était de rester dans sa communauté, là où il avait toujours vécu, la seule chose qu’il connaissait vraiment. Son bien, c’était de revoir ses parents. Mais on ne put lui offrir aucun des deux. Il resta d’abord en compagnie de quelques policiers, avant qu’on ne vienne finalement lui confirmer la mort de ses parents. Puis une femme en tailleur était venue le chercher, et il devait quitter les forains. Il ne garda que peu d’objets de son ancienne vie. Tout tenait dans une valise, en fait, en plus de celles contenant ses vêtements. Une malheureuse petite valise, remplie d’objets souvenirs appartenant à ses parents ou à lui-même, ainsi que son carnet de dessins, et ses crayons. Autant dire qu’il n’y avait pas grand-chose. Il devait rejoindre sa tante, à Mystic Falls. Il en avait parcouru des villes, mais celle-ci, il ne la connaissait pas du tout. Et pourtant, ils étaient déjà passés en Virginie pendant leurs nombreux voyages… Cette femme, qui était sa tante du côté maternel, il ne l’avait jamais rencontré. On ne lui en avait même jamais parlé. Elle n’était rien de plus qu’une étrangère. Une parmi sept milliards d’autres humains dont il ne connaissait pas l’identité. Et il devrait passer le restant de sa vie à ses côtés ? L’aimer comme sa propre mère, ou du moins, comme sa propre famille ? C’était quand même en demander beaucoup à un simple enfant de neuf petites années à peine, qui s’était en cinq minutes retrouvé orphelin.

Le pire a sans doute été la transition d’une vie nomade à une vie sédentaire. Les séjours les plus longs qu’il faisait au sein d’un même endroit ne dépassaient pas une poignée de jours. Au grand maximum, une ou deux bonnes semaines. Ce n’était pas assez pour s’adapter. D’autant qu’il n’avait pas non plus l’habitude de vivre au sein même d’une ville, aussi petite est-elle. Il avait l’habitude avec les forains de parcourir la route, et de ne rester qu’en périphérie. Il n’avait que rarement vécu l’expérience d’un centre-ville, et de son animation. Ses premiers jours à Mystic Falls furent particulièrement durs. Il se sentait enfermé, oppressé. Il ne voulait pas sortir de la demeure de sa tante, il avait peur du monde extérieur. De cette foule qui gambadait sur les trottoirs, semblant vouloir se marcher dessus, confinée sur un petit rebord de pavés, là où juste à côté, les voitures démarrent et accélèrent à toute vitesse. Il lâcha son crayon, et ne dessina plus rien pendant au moins un an. Pour la première fois de sa vie également, il devait aller à l’école. Il n’avait jamais vraiment suivi une éducation rigoureuse. On lui avait appris à écrire, lire, et compter. Quelques bases de mathématiques comme les additions, multiplications et un peu de géographie des États-Unis grâce aux voyages, mais ça s’arrêtait là. Il eut beaucoup de mal à rattraper le retard qu’il avait sur les autres enfants du même âge. En plus de son statut de « nouveau » qui n’avait pas de « papa, maman », il passait pour un « idiot ». Alors qu’il était loin de l'être en vérité.

Sa tante n’était pas une femme mauvaise. Ni une mauvaise mère. Elle géra la perte de sa sœur, et la situation d’Anthony plutôt bien. Inscrire son neveu dans des cours de gymnastique avait été une incroyable idée, qui permit au petit loup de calmer la tension qui s’était accumulée et faire évacuer les mauvaises pensées hors de sa tête, pour qu’il puisse grandir du mieux qu’il pouvait. Et c’était le domaine dans lequel il était bon, en plus du dessin, et où il avait plus d’avance que les autres. Il impressionna les membres de son club dès ses premiers essais, et s’intégra facilement dans l’équipe. Il put s’épanouir, comme le devrait tous les enfants. Et alors qu’il grandissait, il se trouva une nouvelle passion. Le hockey. Loin d’avoir l’habitude de patiner, il n’avait d’ailleurs jamais fait de patin de sa vie, il avait tout de même l’agilité qu’il fallait grâce à la gymnastique. C’était sa tante, sans doute, qui fut la plus surprise quand il vînt lui demander de lui apprendre à patiner. Il lui partagea son désir de faire du hockey, et l’objection de sa tante ne vînt pas. Elle passait son temps à se plier en quatre pour le bonheur de son neveu, qu’elle considérait presque comme son fils. Il finit vite par comprendre la manière de glisser sur la matière froide que formait le sol de la patinoire, et finit vite par dépasser le niveau de sa tante qui n’eut d’autres choix que d’avouer son incapacité à lui en apprendre plus. Il intégra l’équipe de hockey vers ses treize ans. Il continue de pratiquer ce sport, en parallèle de la gymnastique, tout au long de sa scolarité. Mais le jeune Anthony ne savait pas une chose. Il descendait d’une famille de loup-garou. Sa mère en était une, sa tante en est une, lui-même en est un. Il le découvrit à ses dépens quand il encastra l’un de ses camarades dans une vitre le long de la patinoire. Il s’agissait d’un accident. Un pur accident. Alors qu’ils faisaient un exercice de vitesse le long de la patinoire pour s’entraîner, notamment lors des avancées vers le but adverse en match et être plus rapide que l’adversaire, l’un de ses camarades ne respecta pas la consigne du coach de l’équipe. Pour l’esquiver, Anthony perdit contrôle et percuta de plein fouet son ami. Ami qui fut envoyer à travers la baie vitrée, et mourut avant son arrivée à l’hôpital… La mort qu’il provoqua le chamboula entièrement. Il se sentait d’abord responsable, mais le pire arriva encore, un peu comme une loi de Murphy. Son gêne de loup dont il n’avait pas connaissance se déclencha. Et ce fut le drame… Car il était à ce moment-là chez lui, avec sa tante. Et tout deux ne s’attendaient pas à ça. Il se transforma la première pleine lune venue. Et il blessa grièvement sa tante, qui passa le reste du mois à l’hôpital, d’abord inconsciente puis recouvrant peu à peu ses forces. Elle n’était pas morte, mais il s’en fallut de peu. Très peu. Anthony ne se pardonna pas ce qu’il avait fait, et préféra refouler tout sentiment qu’il avait pu ressentir. Comme si rien ne s’était passé.


Cette découverte le transforma mentalement. Il n’était plus vraiment pareil. Il avait développé son caractère. Et il devait maintenant passer son temps à mentir. Mentir pour se protéger, défendre sa véritable nature, et pour le coup, mettre hors de danger sa tante. Au début, ce ne fut pas facile. Il se retrouva plus d’une fois dans des situations étranges, mais jamais, il ne dit un seul mot sur ce qu’il était vraiment. Alors, intégrer une meute, ce n’était pas pour lui. Il préférait rester seul, pour l’instant. Le temps de mettre de l’ordre dans sa tête. L’adaptation à sa nouvelle nature fut assez difficile. Ses sens venaient de bondir du jour au lendemain, d’une manière dont il ne s’était pas préparé. Et on ne pouvait pas vraiment se préparer à ça. D’abord l’ouïe, mais aussi l’odorat. A force, cela lui donnait des migraines. Des maux de têtes énormes causés par le mélange des sens à forte densité. Mais le tout diminua au fil des semaines. Ce n’était que le temps que son cerveau s’adapte. Rien de plus. Et il avoue aisément que voir ses sens se développer de manière aussi surhumaine et exponentielle était une bénédiction. Si on oubliait la transformation à chaque pleine lune. Il pouvait facilement avoir un avantage sur le commun des mortels. Ce qui en était parfois amusant. Même s’il essaya de ne pas trop en abuser, pour ne pas être embêté. Car au final, il l’avait compris : il ne connaissait rien du surnaturel. C’était tout un monde qui s’ouvrait à lui, où il était novice, amateur… Faible et une proie facile. Et les informations qu’on pouvait glané sur Internet n’étaient pas forcément fiables. Surtout quand on sait que sa transformation concordait avec un essor fulgurant de la culture fantastique et d’un intérêt fort des jeunes pour les loups-garous et les vampires. Autant dire que la réalité était rapidement occultée, et qu’il était difficile de trouver un bon site avec de véritables informations. La bibliothèque de la ville changea quelque peu la donne. Il y avait beaucoup de documents locaux qui attestaient d’attaques de bêtes et autres animaux féroces. Beaucoup trop par rapport à la moyenne nationale. C’était une piste intéressante.

Mais son salut, il le trouva dans le travail de sa tante. Elle était rédactrice en chef d’un petit journal local. Il avait décidé, fasciné par le travail qu’accomplissait sa chère tante et accompagné de sa belle plume maintes fois félicitée, de suivre son chemin. Il avait entamé des études de lettre à l’Université de Whitemore, et avait fini par décrocher un diplôme. Ce diplôme qui n’était pas d’une réelle utilité, car au fond, il savait très bien que sa tante finirait par le faire embaucher dans le petit journal, qu’il ait ou non un quelconque diplôme ou expérience. Il s’intégra assez facilement au sein de la petite équipe du journal, qu’il connaissait déjà bien depuis toutes ces années et dont il avait connaissance des méthodes de travail. Son nouveau poste lui permit de mettre son nez dans tout un tas de documents qui n’étaient pas forcément facile d’accès à n’importe qui. Mais aussi de suivre des enquêtes, et d’être au contact permanent avec des officiels des autorités ou de la ville. Il se concentrait principalement pour tout ce qui avait l’air anormal. Car au fond, il voulait en apprendre davantage sur le surnaturel. Il découvrit l’existence d’une meute en ville, quand une sombre enquête d’un cadavre déchiqueté d’un randonneur avait été retrouvé au milieu de la forêt, sa concubine donnant l’alerte et confirmant avoir été attaquée par un loup solitaire. Loup solitaire qui s’était retrouvé maté par d’autres loups, ce qui avait offert une diversion à la jeune femme pour s’enfuir. Le détail qui avait réveillé la curiosité d’Anthony était que cette attaque s’était déroulée un soir de pleine lune. Il n’était pas idiot, et avait rapidement fait le lien. La scène était également caractéristique : un véritable loup, animal commun, n’aurait jamais été capable d’infliger de tels dégâts aux arbres. Ces arbres qui semblaient avoir vécu l’arrivée d’un troupeau d’ours affamés.

Conscient du danger qu’une telle histoire s’ébruite trop, il avait usé de son influence au journal pour limiter les dégâts, et étouffer l’affaire. Qu’on parle rapidement d’autres histoires, plus banales, et moins centrées sur le monde surnaturel. Il réussit son coup, puisqu’à part quelques dialogues les premiers jours en ville dessus, l’histoire finit vite aux oubliettes une fois le randonneur enterré. Anthony pouvait avoir l’esprit tranquille pour l’instant. Mais il n’arrêta pas ses enquêtes. D’autres faits étranges se déroulaient toujours en ville ou dans le reste de la région. Comme des vols successifs de poches de sang, ou des réactions étranges de la police de la ville à certains évènements. Ainsi que d’autres éléments qui venaient tous étayer le fait qu’il n’y avait pas que des loups, dans le coin. Il découvrit vite l’existence des vampires, d’abord, censés être ses rivaux naturels. Puis des sorciers ensuite. Il garda son sang-froid, au fur et à mesure qu’il découvrait la réalité sur les mythes et légendes passées. Loin de l’effrayer, cela éveillait de plus en plus sa curiosité. Et il finit rapidement par passer plusieurs soirées à lire bouquins occultes sur bouquins occultes.


Il s’était trouvé une nouvelle passion dans le surnaturel. A côté du hockey qu’il pratiquait toujours, de la gymnastique et du dessin. Passion qui n’était pas très saine mais qu’il ne chercha pas à refouler. Le point culminant de son intérêt fut lors d’une visite étrange, mais courtoise, d’un homme dont il ne connaissait pas vraiment l’identité. Anthony avait déjà entendu parler de sa famille, qui ne semblait pas avoir de soucis financièrement, et des quelques soirées qu’elle avait organisé pour et dans l’intérêt de la ville. Anthony restait méfiant d’abord, avec ce type de personnage. Il ne le connaissait pas, et il s’était vite mit à lui poser des questions indiscrètes sur sa vie privée. Cela ne gênait pas le journaliste, du moins pas totalement. Cela dépendait des questions. Mais autre chose le troublait : le dénommé Niklaus Mikaelson n’était pas comme « les autres ». Les sens d’Anthony étaient mélangés entre le loup-garou, et le vampire. Et il était difficilement concevable pour lui, que la personne qui soit en face de lui, soit un membre des deux espèces. Mais ce fut pourtant bien le cas. Un hybride, c’est ainsi que l’Originel avait appelé l’espèce. Et de fil en aiguille, la conversation coula. Tranquillement mais sûrement vers l’issue qui est sa vie désormais. L’homme lui proposa de rejoindre sa « fratrie d’hybrides ». Et bien que la question relève d’une décision complexe, Anthony prit rapidement sa décision. Et accepta. La transformation ne tarda pas du tout à venir. Et le passage de loup-garou à hybride fut perturbant. Mais moins que sa première transformation en loup-garou. C’était l’idée de boire du sang qui lui semblait étrange d’abord, bien que la soif et l’envie étaient bels et bien là. Mais les avantages apportés étaient suffisants pour satisfaire à tout changement de son mode de vie. Il n’aurait plus non plus à craindre des transformations à chaque pleine lune, et profitait d’une force décuplée. La loyauté envers Klaus n’était qu’une goutte d’eau à côté, qu’il était prêt à supporter éternellement pour continuer d’en profiter pleinement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
It's me, ... Clarkie!
Avatar : Matt Bomer
Gouttes de sang : 60
Date d'inscription : 29/02/2016
Balou





Âge : 21 ans + Comment avez-vous connu le forum? : + Règlement du code: Ok par Niklaus + Comment trouvez-vous le forum : + Divers Commentaire :
test rp, un minimum de 300 mots est demandé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hophead Artist
Avatar : Jared Leto
Gouttes de sang : 1419
Date d'inscription : 20/08/2014

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force2
Agilité5
Dextérité 6
Furtivité2
Constitution4
Endurance3
Réflexion 4
Experience2
Trait Racial2
PREUMS!

Rebienvenue
Bonne écriture coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Torture is My Passion, Love
Avatar : Joseph Morgan
Gouttes de sang : 914
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 1048
Localisation : Devant un cadavre avec l'air satisfait - Manoir Mikaelson - Atelier

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force10
Agilité1
Dextérité 1
Furtivité0
Constitution7
Endurance1
Réflexion 5
Experience9
Trait Racial8
Olleh ,

Je suis vraiment heureux de voir Antho, merci encore à toi pour avoir pris ce PV . Bon courage pour ta fiche et bonne rédaction

[edit] Purée, je voulais être le premier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sweetness Unsafe
Avatar : Barbara Palvin
Gouttes de sang : 732
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 21
Localisation : Mystic Falls

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force1
Agilité4
Dextérité 5
Furtivité3
Constitution2
Endurance3
Réflexion 5
Experience3
Trait Racial5
Bienvenueeeeeeeeeee !
Je vais finir par croire que tu aimes vraiment Ashley, Balou...
Bonne chance pour ta petite fichette !


No light, no light in your eyes
On refuse d'y croire, on le fuit sans jamais le connaitre. Il est ce sentiment insaisissable qui nous oppresse... L'amour parait déraison aux yeux de l'ignorant. ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Je te garde à l'oeil l'hybride Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Re-Bienvenue mon cher!!! Un autre hybride!! Wohouuuuu!!!
Très bon choix! Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Beautiful and The Beast
Avatar : Ryan Guzman
Gouttes de sang : 919
Date d'inscription : 18/05/2015
Age : 33
Localisation : Mystic Falls, Virginie

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force
Agilité
Dextérité
Furtivité
Constitution
Endurance
Réflexion
Experience
Trait Racial
Merci à tous mes petits kikis study

Sam Davis a écrit:
Je te garde à l'oeil l'hybride Rolling Eyes



Sometimes good people make bad choices. It doesn't mean they are bad people. It means they're human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.eplanet.fr/
avatar
Petite Louve Inconsciente ...
Avatar : Amanda Seyfried
Gouttes de sang : 1225
Date d'inscription : 05/11/2014
Age : 22
Localisation : Studio d'enregistrement / Manoir des loups

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force1
Agilité5
Dextérité 4
Furtivité3
Constitution3
Endurance5
Réflexion 3
Experience5
Trait Racial4
Waaaaaaouh ! Encore un compte mon Balou ! xD
Hétéro en plus 8D

Bonne chance pour ta fiche !
Et si t'as des questions, gardes les pour toi ! Parce que ça ferait bizarre de répondre à un staffiens, qui connait le fo par coeur n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re-bienvenue

Tu vas te faire violer par toutes les filles du forum à ce niveau-là
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Beautiful and The Beast
Avatar : Ryan Guzman
Gouttes de sang : 919
Date d'inscription : 18/05/2015
Age : 33
Localisation : Mystic Falls, Virginie

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force
Agilité
Dextérité
Furtivité
Constitution
Endurance
Réflexion
Experience
Trait Racial
Merci à vous deux

Arya Je suis tenté de le faire du coup.

Rebekah > Merci ma petite blonde choupinou "Périmée" coeur. Bien que l'idée de se faire violer pourrait plaire à Barreth, j'suis pas sûr qu'Anthony soit du même avis.


Sometimes good people make bad choices. It doesn't mean they are bad people. It means they're human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.eplanet.fr/
avatar
Torture is My Passion, Love
Avatar : Joseph Morgan
Gouttes de sang : 914
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 1048
Localisation : Devant un cadavre avec l'air satisfait - Manoir Mikaelson - Atelier

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force10
Agilité1
Dextérité 1
Furtivité0
Constitution7
Endurance1
Réflexion 5
Experience9
Trait Racial8
TU ES VALIDE




Encore une nouvelle fois merci d'avoir pris ce PV . J'espère que tu t'amuseras avec celui-ci et biographie magnifique !




A FAIRE AVANT TOUT...

Merci de faire : Recenser ton avatar pour éviter l'invasion des doubles (désolé, les Petrova sont déjà présentes! Very Happy) - Le bottin des noms et prénoms pour éviter que tu ne te retrouves avec des homonymes diaboliques sur le dos- Fiche de lien pour se lier avec les autres membres - Fiche de RP pour voir où tu en es dans tes RP et de remplir la fiche des métiers. Un rang est aussi offert, attention seulement le premier est gratuit!
Les liens qui peuvent servir : Les connaissances pour mieux savoir et ne pas être pris au dépourvu.

Bon jeu sur Vampire Chronicles!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

 Anthony Clarkson - Mentir n'est qu'une vérité sous un autre point de vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» 19 Bennett (Anthony Buckeridge) en BV des années 70
» Anthony Buckeridge (1912-2004) : la série Bennett en bibliothèque verte
» Anthony Trollope chez Gallica
» Où trouver des livres d'Anthony Buckeridge sur Internet?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Diaries :: Mairie Mystic Falls :: Personnage :: Fiche de Présentation :: Les Présentations Validées-