Always and Forever
Ils sont là, tout prêt. Ils vous regardent avec tentation, avec envie, avec avidité de sang, de pouvoirs et de vengeances. Les démons sont là. L'inquiétude augmente d'un cran quand les sorciers découvrent son arrivé. L'ange déchu le plus redouté du monde entier est en marche vers cette ville, vers ce monde. Des rumeurs ? Haha...
A savoir
♠ Le forum est interdit au moins de 16 ans au vu du contenu de certains écrits. Nous le déconseillons au moins de 18 ans.
♠ Le contexte du forum se base sur l’univers de la série « The Vampire Diaries ». Cependant nous allons en dévier pour rendre l’univers unique.
♠ Nous demandons un minimum de 250 mots par réponse et une orthographe correcte. Toutes les relations entre adultes consentants sont acceptées!
♠ La violence est autorisée tant qu’elle ne tourne pas au sadisme pur et qu’une mauvaise ambiance règne sur le forum !
♠ Pensez à corriger vos textes, on critique souvent bonpatron, mais il n'en reste pas moins un moyen de contrôle...
♠ Design by Sadja - alias Elena Gilbert - et Balou


Evénements
C’est une étrange période que nous vivons-là… Une tension semble peser sur la ville de Mystic Falls, et la majorité des gens ne savent même pas pourquoi… La nuit semble s’abattre bien plus tôt qu’à l’ordinaire, il règne une ambiance malsaine, lugubre… Mais les créatures savent ce qui cloche. Les démons sont revenus sur Terre. Ils marchent parmi nous, s’assoient à notre table, mangent avec nous. Mais non contents de profiter de la Terre et de ses occupants, les démons élaborent un plan, une conspiration contre l’Humanité toute entière. Elle est apparue dans les songes des sorciers et des sorcières : Lucifer veut revenir parmi nous. Pour cela, le portail qui mène aux enfers doit être une nouvelle fois ouvert. L’incantation est longue, et puissante. Une nouvelle menace apparaît : les créatures elles-mêmes ! La construction du portail perturbe la magie environnante. Les bagues magiques cessent de fonctionner. Les loups et les hybrides se transforment contre leur volonté. Les vampires semblent pris de frénésie soudaine et meurtrière. Les sorciers perdent subitement leurs pouvoirs. Plus personne n’est en sûreté.

Il reste encore un peu de temps. Du temps pour former une résistance. Pour contrer les forces du mal. Ou tout simplement pour sauver ses proches.Sauf si... Vous désirez son retour.


Postes Vacants

Membre du Mois

Staff






 

 - Deadly Valentine - Feat Illiana Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Torture is My Passion, Love
Avatar : Joseph Morgan
Gouttes de sang : 914
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 1048
Localisation : Devant un cadavre avec l'air satisfait - Manoir Mikaelson - Atelier

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force10
Agilité1
Dextérité 1
Furtivité0
Constitution7
Endurance1
Réflexion 5
Experience9
Trait Racial8
- Deadly Valentine -
Illiana Green & Niklaus Mikaelson

Tout ce que Mystic Falls comptait de créatures affolantes et bizarres était réuni ce soir-là pour assister à un terrible rituel. Dans la maison close de Victoria - une hybride -, c'était la nuit des célibataires. Enfin célibataires, la plupart des hommes possédaient une alliance ou était accompagnés de leurs femmes consentantes pour une nuit de folie. Le tableau était d'une tristesse pour ma plus grande joie ! Critiquer leur situation matrimoniale était fortement agréable pour peut-être, atténuer le chaos de ma solitude. Pourtant, j'appréciais être seul sans aucun compte à rendre, sans histoire futile - causées par les demoiselles le plus souvent -, sans argent à gâcher, sans personne. Les corps se trémoussaient, la musique sortait des minables haut-parleurs, le sol était taché d'alcool - de sang dans mon esprit -. Une coupe de champagne à la main, je contemplais toujours la scène et barrais la route à chaque personne qui osait s'approcher un peu trop. L'envie de semer la zizanie dans le club privé de mon hybride, me chatouillais nerveusement les nerfs. De plus, elle n'avait aucun mot à dire puisque son cœur m'appartenait, alors pourquoi ne pas renverser ses tables, tuer ses femmes de joies qui pavanaient devant mon regard assoiffé de sang ? J'imaginais une belle brochette de personnes transpercées avec une barre de pole dance, ainsi que quelques corps cloués au mur avec des cures-dents en guise de visses ou cloué avec des os fraîchement arrachés ? Tandis que les projecteurs illuminaient les groupes, plus pathétique les uns que les autres, j'évoluais dans l'immense pièce pour m’arrêter au bar une nouvelle fois. Le cadavre des bouteilles d'un excellent champagne trônait sur le plan de travail, et je ne ressentais toujours pas cette ivresse tant recherchée. Assis confortablement sur le tabouret, je saisissais des roses rouges au passage d'une demoiselle et lui demandais gentiment de rester auprès de moi. Je sortais alors mon Zippo favori pour brûler les roses et retirer les tiges épineuses avec soin. Je me levais d'un pas lent et construisais un collier avec le reste des fleurs pour le déposer autour du cou de la ravissante jeune femme brune. Un fin sourire se dessinait sur mes lèvres et plongeais mon regard dans les yeux verts émeraude pour chuchoter avec conviction : « Si tu retires le collier un jour, donne toi dans la mort dans un ébat sexuel, après avoir mangé ton ou ta partenaire » et serrais le collier sans briser les tiges. Quelques filets rouges commençaient à couler sur sa nuque, et j'étais satisfait de voir que cette couleur allait très bien avec les sous vetements de celle-ci.

Lassé du déroulement de la soirée, je décidais de quitter les lieux avec une cagette de champagne dans les bras. Je fis ronronner le moteur de ma Jeep aux couleurs rouge et grise, je tenais à avoir la même que celle du nouveau Jurassic Park à quelques détails près bien sur et parcourais l'extérieur de la ville. Où pourrais-je boire tranquillement sans avoir de leçon de morale, où pourrais-je hurler sans entendre les voix incessantes de Rebekah et Joan de me demander de la fermer ? J’apercevais le panneau qui informait que la forêt était à moins d'un kilomètre, pourquoi pas ! De plus, il y'aurait surement des couples qui souhaitaient retrouver leurs âmes d'aventuriers ou pour passer une saint valentin terrifiante. Le carton d'alcool dans les bras, je m'engouffrais à l'aveugle dans l'immense étendue d'arbres. Quel dommage que ce jour particulier - pour certain - soit un jour sans pleine lune, le massacre de la saint valentin aurait été jouissif ! Devrais-je faire mon propre massacre alors ? Evidemment on n'était jamais mieux servi par soi même. Un bruit, puis des éclats de rire au loin attisait ma curiosité malsaine, et c'était à pas de loup que je m'approchais. J'étais surpris de voir que le couple d'amoureux avaient prévu tout l'attirail nécessaire pour passer une nuit à la belle étoile ! Tout était déjà en place, j'avais juste à pointer le bout de mon nez et arracher leurs cœurs avec vivacité. C'était d'ailleurs ce que j'avais fais dans les secondes qui suivirent ma réflexion. Je ramassais leurs corps pour les mettre en scène, et essayer de les tenir assis pour avoir un semblant de compagnie. Satisfait du résultat, je m'installais sur un tronçon d'arbre en face d'eux et décapuchonnais une bouteille de champagne en prenant soin d'arroser leur visage qui avait perdu tout forme de vie. Je ricanais et sur un ton psychédélique : « Quelle belle soirée n'est-ce pas ? C'est surprenant de voir de nos jours des personnes aussi serviables que vous » . Je scannais les environs et poursuivais mon monologue : « Vous avez pensé à tout ! La tente, le feu, les fleurs, le repas mais où est la bague ? » avec dérision. Je continuais à dire tout et n'importe quoi et sirotais les bouteilles comme une poche de sang vivante orgasmique. Allongé au sol avec la bouteille au bord des lèvres, j'admirais les étoiles et ne pouvais penser à un célèbre dessin animé. Étais-ce vrai que les rois rejoignaient les constellations ? Je soupirais de lassitude et me redressais en titubant vers les cadavres des deux personnes. Je shootais violemment dans les bouteilles vides et à cet instant, je me rendais compte que l'alcool avait possédé mon être. J'inspirais profondément et commençais à hurler de haine, de colère, de mépris contre le monde entier. Un monde dont je rêvais être un terrain de bataille enflammé et morbide. Le vent commençait à se lever petit à petit à souffler et une délicieuse aura caressait mes narines. Aurais-je de la compagnie - vivante ou morte - pour ce soir ? Ou simplement encore une envie de meurtres incessants ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sweetness Unsafe
Avatar : Barbara Palvin
Gouttes de sang : 732
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 21
Localisation : Mystic Falls

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force1
Agilité4
Dextérité 5
Furtivité3
Constitution2
Endurance3
Réflexion 5
Experience3
Trait Racial5
Deadly Valentine

Oh qu'est ce que je pouvais détester ce genre d’événement. J'avais même prévenue de mon absence à cette fête ridicule après de Kate. C'était tellement ridicule... J'étais passée rapidement devant la fête et voir tant de... Beurk, je trouvais ça écœurant. La débauche n'était pas un principe. J'avais tendance à dire qu'ils devraient tous mieux de lécher leurs partenaires plutôt que les vitrines. Foutu fête commercial. Bon, je l'avouais. Ce n'était pas ma meilleure période. Elle se rapprochait de la mort de ma soeur, c'était toujours compliqué pour moi. J'étais souvent sur les nerfs à cette période de l'année. Alors forcément, je faisais d'autant plus de sport pour me faire penser à autre chose.

J'avais enfiler un long manteau cachant mon arc et mes flèches et j'enfilais ma capuche pour ne pas me faire arrêter dans les rues. Je commençais ma petite course mais j'attrapais très vite chaud. Je pris mon sac et enlevais ma cape pour la mettre dans ma sac et monter sur les toits pour éviter de voir qui que ce soit. J'arrivais rapidement à l'entrée forêt entre quelques sauts, des roulades et la course sur les toits. Une branche se tenait juste devant moi, je sautais pour l'attraper. Je retombais en salto avant puis une petite roulade pour ne pas se blesser.

Dans un bond rapide, je repris ma course avec mon arc et mes flèches, j'étais devenue rapide avec l'entrainement chaque jour et l'habitude de courir avec mon matériel, je m'en sortais bien mieux maintenant. Mes écouteurs ne servaient d'anti-bruit. Je sautais un peu partout, montait sur les autres puis descendais, un vrai petit singe. J'entendis une voix lointaine, je ne bronchais pas. Je n'avais pas vraiment envie de parler. Je ne m'arrêtais pas dans ma course. Je descendis quand je vis en feu. Je sautais et atterrit en plein milieu d'un massacre. Bon dieu, j'étais en tenue d'entrainement ce qui était semblable à un legging et un tee-shirt mi-ventre...

J'étais habillée ainsi alors qu'il y avait un vampire potentiellement dangereux qui allait vouloir me croquer. Ma respiration saccadée par ma course habituelle, j'essayais de retrouver un rythme normal. Mon coeur battait si fort, je le sentais... J'avais l'impression qu'il allait partir tellement il m'arrachait la poitrine. C'était sans doute ce que j'aurais dû faire : Fuir. A quel moment, j'étais capable de rivaliser avec un vampire ? Je repris mes esprits et aperçut enfin son visage. Je restais stoïque devant son identité.

Mon regard était calme et mon visage aussi pourtant mon corps entier me disait de partir car cet homme devant moi n'était pas un vampire non, c'était un originel. Je soupirais longuement et le fixais un moment sans rien dire. J'enlevais mes écouteurs, mon arc et mes flèches dans mon dos. Devrais-je les prendre ? J'étais sur mes gardes mais je n'avais aucun signe montrant une idée de violence. Quand je croisais son regard, j'y vis cette rage... Celle que j'avais compris lors de notre première rencontre. Je ne bougeais pas, figer. Cet homme était bien plus compliqué qu'il ne laissait croire. Il haïssait le monde autant qu'il pouvait se maudire. Le feu vacillait autant que lui d'ailleurs.

Je regardais les bouteilles un peu plus loin et compris assez vite la situation. Je ne pensais pas qu'un vampire pouvait être bourré. Je trouvais ça quand même amusant, nous étions égalitaires pour cela, au moins. Je me fis craquée les doigts sans savoir quoi faire. Si il savait à quel point son regard me parlait. Je me sentais vraiment mal à l'aise car la peur me tenait au ventre, la peur qu'il me fasse la même chose qu'à ce pauvre couple. Pourrais-je vraiment le faire confiance ? Je reculais d'un pas comme pour m'assurer qu'il ne sautera pas à mon cou.

La chaleur du feu se rapprocha alors, je n'étais sans doute plus très loin de lui. J'entre-ouvris la bouche comme pour me lancer à parler mais la referma immédiatement. Je n'étais pas intimité cela était sûre et la seule peur que je ressentais c'était celle de mourir. Mais finalement, je ne pensais avoir peur de lui dans son individualité mais de ce qu'il était. Une goutte de transpiration claqua contre le sol, elle résonnait dans ma tête comme une alerte. Je pris la parole immédiatement. « Niklaus Mikaelson... Qu'est ce qui a pu vous contrarier à ce point là ? »

Je souriais finement et restais à ma place. Je ne comptais pas m'approcher maintenant par simple fait que je séchais un peu à côté du feu. Je ne pensais pas qu'il soit dangereux pour moi. Ma peur s'évaporait au fur et à mesure des minutes. Je repris un rythme cardiaque normal enfin plus au moins normal après une course d'une demi-heure disons. Je me détendis lentement et attrapais une bouteille de vodka dans mon sac. Je comptais faire la même chose que lui alors... J'en buvais une gorgée puis une seconde avant de la refermer et de lui lancer avec calme. « Voyez cela comme notre rendez-vous que vous m'avez proposer pendant la fête de noël... Que faites-vous ici en pleine nuit ? A part vous nourrir, je veux dire...»

Je me tournais vers les corps et frissonnais. Je n'aimais pas ça. Ah ça non, je détestais ça. Les voir ainsi me rappelait bien des souvenirs, les pires de ma vie. Je secouais la tête pour me reprendre et fuyais du regard ses morts et le regard de l'originel. Je ne pouvais pas l'assumer, il était hors de question que j'assume mon attitude alors que mon coeur s'était accélérée en voyant les corps une autre fois. Ce n'était pas la bonne période... A vrai dire, ce n'était jamais la bonne période pour voir les corps inertes des humains.

© FieryAmaryllis pour Epicode


No light, no light in your eyes
On refuse d'y croire, on le fuit sans jamais le connaitre. Il est ce sentiment insaisissable qui nous oppresse... L'amour parait déraison aux yeux de l'ignorant. ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Torture is My Passion, Love
Avatar : Joseph Morgan
Gouttes de sang : 914
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 1048
Localisation : Devant un cadavre avec l'air satisfait - Manoir Mikaelson - Atelier

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force10
Agilité1
Dextérité 1
Furtivité0
Constitution7
Endurance1
Réflexion 5
Experience9
Trait Racial8
- Deadly Valentine -
Illiana Green & Niklaus Mikaelson

Je pensais pas sincèrement à avoir de la compagnie ce soir outre que le couple qui se tenait comme de vulgaires marionnettes. Et pourtant, la silhouette de mon invité était familière puisqu'il s'agissait de la ravissante jeune demoiselle rencontrée à la soirée du bal d'hiver. Son accoutrement me fit hausser un sourcil de stupéfaction et j'avais l'impression de me retrouver dans la saga de Hunger Games. Elle était tout aussi fraîche dans cette tenue à l'allure sportive - diaboliquement sexy -. J'écoutais avec attention les battements de son cœur qui s'accéléraient et qui parfois, reprenaient un cadence normale. Que faisait-elle ici au milieu de mon massacre ? Était-elle pas avec son amoureux pour célébrer cette fête ridicule ? Et puis, je me souvenais de ses murmures concernant le romantisme lors de notre première rencontre. D'ailleurs la conversation avait été des plus agréables en sa compagnie mais ce soir, les choses ne se passeraient surement pas de la même manière. J'étais d'une humeur de hyène - comme d'habitude - , une humeur qui ne pouvait pas être atténuer, même si on m'offrait un harem de femmes soumises ou de nouveaux hybrides. Je concluais aussi que cela faisait très longtemps que je n'avais pas été ivre. J'aimais boire quelques verres, mais jamais je dépassais mes limites. Pourquoi faire ? Pour être assimilé à une image de débauche comme la plupart des gens et de leurs tendres bouteilles ? Ou simplement chialer sur son simple sort ? Ce n'était pas pour moi ce genre de chose ! Mais j'avais dépassé mes limites sur ce coup-là et j'étais prêt à faire n'importe quoi sans une once de raison.

Illiana n'avait pas omis mon identité, et j'étais ravi d'entendre cela. Pourtant j'observais toujours d'un regard noir la gestuelle de la brunette qui semblait être calme dans l'ensemble. La scène suivante dans mon esprit était plutôt jubilatoire - ou pas - puisque j'imaginais enfoncer les munitions de son arc avec parcimonie dans son corps - délicieux -. Et puis, qui serait resté devant ce style de décor avec pour entourage, un homme vicieux et colérique et surtout originel ? La brunette était mal tombée sur ce coup là, je n'avais aucune diplomatie comme Elijah, ou aucun humour comme Kol. Contrarier ? Si elle savait tout ce qui pouvait me contrarier comme un éclat de rire d'enfant, un grincement de porte, des claquements de talons sur le sol, de l'herbe défraîchie, et surtout des questions inutiles. J'avais donc choisi d'esquiver sa question car je ne saurais quoi dire et surtout avec de l'alcool dans les veines. Je ne souhaitais pas parler - juste hurler -, je souhaitais simplement la dépecer et la faire rôtir dans le feu aussi tiens, quelle bonne idée. Tel un prédateur, je dessinais un fin sourire sur mes lèvres et puis j'allongeais celui-ci quand Illliana sortit sa bouteille de vodka. Donc, elle avait aussi l'idée de s’ingurgiter de poison ? Toutes mes pensées malsaines - vraiment ? - s'effacèrent et j'étais plutôt dans l'optique de me montrer patient. Oui patient pour ricaner de l'ivresse de l'humaine et qui sait, profiter d'elle pour saccager son joli regard, non ?

Mon visage s'adoucissait aux propos d'Illiana, notre fameux rendez-vous était donc ce soir-là ? Pourquoi pas ! Pourtant, lors de notre première rencontre, je n'avais pas envisagé cela, je voyais plutôt un lieu paisible et de belles paroles de politesse pour tenter de savoir un peu plus sur celle qui avait réussi à m'intriguer. Bizarrement, je commençais à bouillonner de l’intérieur un peu plus, étais-ce la présence de l'humaine ? Evidemment ! Je pouvais l'insulter de tous les noms, je pouvais l'imaginer crever, et pourtant, j'avais des électrochocs assez déstabilisants. C'était comme-ci, je ressentais quelque chose.. quelque chose de palpable.. Par Hadès, non ! A pas de loups, je brisais légèrement la distance entre l'humaine et moi puis contournais le feu pour ramasser un cadavre d'une bouteille. J'essayais de me contrôler pour ne pas flancher encore plus mes jambes et répondais avec un certain bégaiement : « Illi..ana Green.. que diable.. » et toussotais. Je lâchais un long soupire, car il me fallait quelque chose entre les mains pour cacher cette nervosité qui s'amplifiait avec ce fichu alcool! Dans un geste rapide, je fracassais la bouteille sur la tête du garçon et portais cette fois-ci toute mon attention sur la demoiselle : « Moi qui vous réservais quelque chose de plus féerique pour notre rencontre, mais ainsi soit-il » avec une voix joviale. Je ramassais les bouts de verre et les portais à ma bouche pour entendre ce bruit craquer sous mes dents. C'était en quelque sorte, mes chips à moi ! Je repris avec concentration : « Je ne suis pas là pour me nourrir, juste pour m'amuser. D'ailleurs vous ne trouvez pas la scène intéressante ? », je fronçais le regard avec curiosité : « Et vous ? Pourquoi ce déguisement ? Vous avez tuez votre petit ami en ce jour si.. chaotique ? Vous êtes une mante religieuse c'est cela votre secret ? » avec un franc éclat de rire.


© 2981 12289 0




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sweetness Unsafe
Avatar : Barbara Palvin
Gouttes de sang : 732
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 21
Localisation : Mystic Falls

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force1
Agilité4
Dextérité 5
Furtivité3
Constitution2
Endurance3
Réflexion 5
Experience3
Trait Racial5
Deadly Valentine

Son attitude, son regard, son visage tout m'alertaient. Tout ses signes me hurlaient de partir ou au moins de prendre une flèche pour me défendre. Je n'en fis rien. Je retenais le tremblement de mes mains, me retenait de penser qu'il y avait des corps derrière moi et qu'il pourrait très bien faire de même pour toi. Je fermais les yeux comme pour reprendre le contrôle sur moi-même. Je ne devais pas faiblir pas devant lui. Les images fusaient dans mon esprit. La même ambiance, la même boule au ventre, la même douleur que ce soir-là. La forêt, le méchant vampire et une voix... La mienne. Ma voix quand j'étais plus jeune, elle répétait les mêmes paroles "J'ai peur... J'ai peur" comme une honteuse phrase que je ne devrais plus jamais prononcer. Je le regardais se déplacer avec hésitation.

Ne bouge pas ! Ne bouge pas ! Je ne devais pas montrer une quelconque peur, qu'elle serait l'intérêt de lui montrer cela et quant bien même j'en voyais l'utilité comme je l'avais déjà dis je n'avais pas peur de lui mais de ce que j'avais vécu et de ce qu'il était. Je touchais ma queue de cheval pour me rassurer en fermant son sac à dos l'air tranquille. J'étais persuadée qu'il y avait l'équivalent de la troisième guerre mondiale dans mon esprit. Un mélange de COURS et vous avez vu comment il est canon ? En fait c'était étrange comme sensation mais elle renforçait le sentiment qui m'avait amené à lui une première fois. Sincèrement ? J'étais attirée par l'image du bad boy...

Oh oui j'avais honte de moi-même. Quand il contourna le feu, je le suivis du regard non pas pour le surveiller par ses mouvements mais uniquement parce que mon regard ne pouvait pas décrocher de sa silhouette. Il bégaya mon nom ce qui me fit décrocher un petit sourire d'amusement. L'alcool le rendait plus... Abordable et sans doute plus violent. Je sentais sa nervosité, dans ses mouvements mais je le voyais avant tout dans son regard. Je me sentais vraiment mal à l'aise soudainement, ne comprenant pas très bien la raison de sa nervosité. Mon coeur battait soudainement plus vite, cela non plus ne le comprenait pas. Cette sensation était étrange, j'étais comme attirer vers lui. Mes hormones ? Cela je voulais bien le croire mais cette envie de partir en courant tellement la pression était lourde n'était absolument pas explicable pour moi. Je toussotais à mon tour et me raclais la gorge.

Je déglutis avec inquiétude quand je le fis prendre la bouteille et l'exploser contre le corps. Je fermais les yeux en sursautant. Je serrais les poings et les ré-ouvrit quelques secondes plus tard avec un léger haut-le-coeur. « Ca serait sans doute me mentir que de me montrer une chose plus... Féerique comme vous le dites ! » Une soudaine joviale vint s'ajouter à l'intonation de sa voix. Cet homme était surprenant et dangeureux. Etait-ce pour cela que je ressentais une chose pareille ? Je le regardais manger les bouts de verre et grimaçais. Du sang, du sang coulait de ses lèvres. Je posais une main sur ma bouche, un peu perturbée par son acte de plus particulier. Je pâlis immédiatement, non pas que la vue du sang me gênait mais le fait qu'il se blessait de façon totalement libre me rappelait un peu le fait que je sautais un peu partout avec un arc sur le dos en prétendant que je pourrais tirer sur quelqu'un... C'était une bonne blague ça aussi.

Comment pourrais-je tirer sur quelqu'un alors que je ne supportais pas voir les autres souffrir ? Je soupirais longuement, j'avais trouvé cette réponse depuis longtemps. C'était stupide de se la reposer maintenant. J'étais une combattante, je ne me laissais pas faire alors c'était ma seule manière de montrer ma persévérance. Sa question me troubla d'autant plus. Niklaus avait une noirceur qui me surprenait. Il espérait me faire peur mais rien de tout cela arriva. Je gardais mon regard sur lui pour ne pas voir les corps et revoir ses mauvais souvenirs. J'esquissais un fin sourire et haussais les épaules en répondant « Vous amusez ? Oh je vous en prie, je ne crois pas à tout cela. Votre solitude vous amène à faire des choses horribles et peut-être que vous trouvez cela drôle mais rien de tout cela ne vous amuse vraiment car sinon vous ne serez pas soûl comme un cochon. »

Je me figeais à la suite de son interrogatoire et explosais de rire. Il n'était pas celui que l'on pensait. J'en étais persuadée, j'étais même sûre qu'il ne donnait qu'une image pour se protèger et protèger les autres. Je m'avançais légèrement vers lui des quelques pas seulement mais assez pour lui montrer que je n'étais pas inquiète ni même peureuse. Un déguisement ? Je le trouvais amusant et intriguant. Il n'était pas fou non, il espèrait l'être. Je lui souris alors grandement en riant avec sincérité. « Ce déguisement ? Je suis en tenue de sport. Un petit ami ? Je ne connais pas, désolée. Je vous l'ai dis la dernière fois, le romantisme et tout ce qui touche aux sentiments ne sont pas vraiment mon univers. Non, rassurez-vous, je ne viendrais pas vous dévorer. J'ai bien des secrets mais pas celui-ci. Et vous, dites-moi ? Vous n'êtes pas avec une poupée gonflable ou une copine ? Et votre secret n'est-il pas que vous êtes un originel spécial ? Quels sont vos pouvoirs ?»

Je me tus, autant de questions n'étaient pas vraiment polie. Je lui montrais mes excuses sur mon visage et gardais un doux sourire, un peu charmeur je devais l'avouer. J'essayais de le comprendre et d'apprendre sur lui. L'alcool pouvait avoir un effet de sérum de vérité qui savait ? En tout cas, moi, j'en avais aucune idée. Mais j'étais tout sauf à l'aise dans cette environnement rempli de sang et d'horreur. Je n'avais jamais été ainsi. Je frottais mon genoux plein de terre ainsi que mon épaule. Je n'étais pas parfaite et pendant mes figures il m'arrivait de tomber, souvent. C'était ainsi qu'on apprenait n'est-ce pas ? C'était toujours ce que me disait Leïla. Le métier qui rentre.

Je baissais la tête en repensant à elle laissant mes cheveux bruns couvrir mon visage un peu poussiéreux par la course et le parkour. Je bougeais mon épaule qui tirait soudainement sur mon cou et commençais quelques étirements. C'était pas super classe mais c'était soit ça soit les courbatures. Franchement, je préférais en faire de rapides surtout pour mes bras. Je tirais un peu dessus pour m'étirer en tapant la pointe de ma chaussure contre le sol pour enlever la terre. Je repris une position normale et lui sourit calmement.

© FieryAmaryllis pour Epicode


No light, no light in your eyes
On refuse d'y croire, on le fuit sans jamais le connaitre. Il est ce sentiment insaisissable qui nous oppresse... L'amour parait déraison aux yeux de l'ignorant. ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Torture is My Passion, Love
Avatar : Joseph Morgan
Gouttes de sang : 914
Date d'inscription : 24/10/2014
Age : 1048
Localisation : Devant un cadavre avec l'air satisfait - Manoir Mikaelson - Atelier

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force10
Agilité1
Dextérité 1
Furtivité0
Constitution7
Endurance1
Réflexion 5
Experience9
Trait Racial8
- Deadly Valentine -
Illiana Green & Niklaus Mikaelson

Féérique ? Pourquoi avait-elle dit cela ? J'essayais de me souvenir de mes paroles précédentes et je vous avouerais que j'avais un peu - beaucoup - du mal à me rappeler. En tout cas, ce mot ne me plaisait pas du tout ! Je vacillais du regard à la suite de son éclat de rire pour fixer, le sang qui coulait sur le visage du garçon et tentais d'écouter le reste des paroles de la jeune femme. Enfin j'essayais - surtout - de me changer les idées à la suite de ses paroles agressives concernant la solitude. Cependant, je regrettais avec amertume l'oubli de mon téléphone portable, mais l'image était enregistrée dans l'immense tiroir dédié aux assassinats dans mon cerveau. Et puis c'était d'un cliché ! Mais pourtant il y'avait bien un brin de vérité. En effet, les relations familiales au manoir devenaient de plus en plus néfastes. Il y'a quelque temps déjà, j'avais dagué ma sœur dans la salle de bain et Elijah n'avait toujours pas digéré ce geste. D'un côté je pouvais le comprendre, de l'autre non. Il ne comprenait simplement pas. Quant à Rebekah, elle se contentait du strict minimum pour discuter avec moi et de regards vides - Aie -. Par Hadès, comment se comportera-t-elle quand elle apprendra la vérité de l'abandon de Logan ? C'était peut-être à moi de lui dire, mais quand ? Et puis, je pensais à quelque chose de plus positif et concluais que je n'étais pas si seul. J'avais la faction des hybrides pour compenser cette fichue solitude et c'était déjà un bon remède. Je me persuadais que je pouvais avoir un peu plus confiance en eux qu'à ma propre famille. Triste ? Non, c'était mieux ainsi. C'était bien plus facile d'arracher les cœurs de mes fidèles que de daguer un membre de ma famille.

Et encore de bien plus positif arrivait, Illiana avait un sacré point commun avec moi : la peur des sentiments et d’être seule aussi. Des secrets ? En effet avoir un visage angélique ne représentait rien de bon la plupart du temps. Et j'étais sure que cette petite humaine était bien plus qu'une humaine. Qui se pavane en tenue de sport, tard le soir avec un attirail de chasseur débutant - quelqu'un de seul au passage aussi - ? L'apprentissage de ce métier demandait beaucoup de temps et ainsi que de concentration et la solitude étaient des bonnes alliées. A cet instant précis, j'admirais son courage d’être rester, mais pour combien de temps ? Trouverais-je un moyen de la faire fuir pour éviter de tonnes de questions après cette autre rencontre ? « Poupée gonflable » ? J'aurais sorti cette expression de ma bouche j'aurais ricané, mais là non. Je n'avais pas de poupée gonflable dans mes objets de torture, mais ce propos était juste disgracieux souffler de la bouche d'Illiana.

Je serrais les dents à l'entente du craquement d'os et poussais un grognement bestial quand elle me questionna sur ma véritable nature, pourquoi voulait-elle savoir ? Pour chasser la bête ? Dommage pour moi, j'étais à deux doigts de saisir la gorge de la demoiselle pour l'envoyer brûler dans le feu quand je voyais qu'elle faisait ses étirements. Je pivotais plusieurs fois la tête pour suivre les mouvements de son corps comme-ci j'étais captivé. L'idée de me jeter sur elle était présente, mais je ne souhaitais pas être considéré comme un violeur même si j'étais fortement alcoolisé. Ce genre de chose n'était dans mes principes, même si il m'était arrivé de le faire dans un parc pour enfants. Ce n'était pas seulement la sensualité de ses gestes qui m'attiraient, c'était ce qu'elle dégageait dans l'ensemble. Je n'étais juste pas habitué à ce type de conversation, soit je tuais à la première seconde les curieux, soit je faisais appel aux mensonges. L'alcool amplifiait donc de plus en plus cette sensation que Illiana devenait particulière, je savais même pas comment l'expliquer - agacement - .

La bouche en sang, je m'essuyais dans un bout du chemisier de la demoiselle morte et m'approchais du feu. Non je ne cherchais pas une once de chaleur, je m'amusais simplement à faire prendre feu ma main et à regarder la danse des flammes sur celle-ci : « Vous semblez bien connaitre l'effet de solitude. Vous parlez aussi de vous même ? Avec votre équipement de débutant, je conclus que vous êtes une chasseuse en devenir non ? Un conseil, la solitude fera partie intégrante de votre passe temps favori et là vous comprendrez vraiment ce que vous dites ! » avec une voix moralisatrice. Je rajoutais avec un fin sourire : « Mais je campe sur mes positions que derrière cette mascarade grossière se cache vraiment le plaisir de tuer, surtout venant d'un hybride originel. D'ailleurs vous voulez une démonstration ? Enfin je suis sure que le loup en moi à cette délicieuse envie de vous dévorer » . Je m'approchais dangereusement de sa silhouette à vitesse vampirique et retirais une mèche de cheveux de son visage. J'allongeais mon sourire qui se valait charmeur - comme le sien auparavant - et reprenais : « Est-ce que vous pouvez prendre une photo de la scène des cadavres, je fais la collection ! J'ai oublié mon téléphone et puis se sera le meilleur moyen de vous procurer mon numéro au passage, vous ne trouvez pas ? » . Mon but n'était pas de lui faire peur, mais simplement d'essayer de comprendre certaines questions. Par Hadès, elle était vraiment magnifique avec ses yeux océans. Et visiblement mon corps n'arrivait pas à suivre le mouvement et je venais trébucher sur elle : « Décidément, on est voué à se retrouver dans cette position » en chuchotant cette fois-ci. La technique de drague était surement à revoir et la brutalité était à venir.



© 2981 12289 0








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sweetness Unsafe
Avatar : Barbara Palvin
Gouttes de sang : 732
Date d'inscription : 17/10/2015
Age : 21
Localisation : Mystic Falls

Feuille de personnage
Inventaire:
Feuille de Caractéristiques:
Feuille de CaractéristiquesPoints
Force1
Agilité4
Dextérité 5
Furtivité3
Constitution2
Endurance3
Réflexion 5
Experience3
Trait Racial5
Deadly Valentine

Je fixais son visage. Je le trouvais amusant comme garçon. Non pas parce qu'il essayait de montrer une image de lui qui était fausse mais tout simplement par que son visage et son regard était si expressif que j'étais persuadée d'être capable de suivre la discussion intérieur qu'il était en train de se faire. J'observais ses mouvements sans vaciller. Il ne fallait pas que je faiblisse, c'était comme lui offrir une possibilité de rentrer dans ma tête. En aucun cas, je ne laisserais quelqu'un faire ce que je faisais sur les autres. Égoïste ? Sans doute. Ca pouvait en être une forme. Il marchait, occupant chaque endroit de ce lieu un peu glauque.

Oui, on pouvait le voir comme imposant. Il avait un certain charisme. Il aurait pu en faire taire beaucoup avec sa prestance. Mais pas moi... Non je refusais de me soumettre à qui que ce soit. Je n'avais jamais été docile au tant que ma soeur d’ailleurs. Combien de fois on s'était battu sur nos lits... Non pas par colère juste pour savoir laquelle était la plus forte. Bizarrement, il y avait souvent aucune gagnante. Notre père intervenait avant de le savoir et nous collait une bonne baffe qui nous mettait dans les vapes quelques heures. Au fond on avait toujours été complice même quand on se battait bêtement. Ca c'était vite arrêter.

En grandissant, on s'était unie comme de véritables soeurs. Nous n'étions l'ombre de personnes ni même de nous-même. La seule ligne que l'on suivait c'était celle qu'on traçait. Je me souvenais de tant de choses, tant de mots de Leïla. Charismatique, c'était ainsi qu'elle me qualifiait. Elle disait si souvent que je pourrais faire bouger des foules entières, faire tomber des têtes et devenir l'avenir si je m'en donnais les moyens. Père avait toujours cru que celle qui tenait ce pouvoir était ma soeur. Il était persuadé et moi aussi que seule Leila avait le gêne de chasseur. Elle avait une certaine habilité dans tout cela.


Moi, je n'étais pas si douée que ça. L'arc était mon art mais rien de bien extraordinaire. Je m'en sortais et je m'en contentais. Alors qu'elle... Elle tenait à s'améliorer tout le temps... Elle me poussait vers le haut avec elle et jamais elle ne me lâchait la main, jamais elle me laissait sur le chemin non... Je montais sur les échelons avec elle. Je secouais la tête pour oublier un peu tout cela en reportais mon attention sur le jeune homme en face de moi. Lui aussi avait quelque chose de particulier quelque chose qui ressemblait et quelque chose que je trouvais si attirant, si intense.

Son regard avait cette petite étincelle entre la folie, la puissance et... Et l'attirance ? Ohhhhh faut arrêter de te faire des films ma grande... Il devait en avoir vu des femmes dans sa vie et en aucun cas, tu ne ferrais le poids face à elle. Je le suivais d'un regard calme. Ses paroles me tendit soudainement. Je remontais mon visage vers lui, entre-ouvrant la bouche puis la refermant. J'eus un rapide rictus et répondit calmement « Une chasseuse en devenir ? Non... Juste une passionnée de tirs à l'arc, de parkour et de sports de combat. La solitude... Haaaa en voilà un mot qui signifie beaucoup de choses. Mais sachez, qu'elle a plusieurs formes. Elle peut devenir l'un de nos plus grands alliés comme notre pire cauchemar mais je suis persuadée que vous savez déjà de quoi je parle ? »

Je marquais une pause en écoutant la suite de ses paroles. Le plaisir de tuer ? Existait-il vraiment ? J'étais si persuadée que dans l'homme qui se trouvait devant moi, il n'y avait pas l'unique tueur qu'il essayait de me montrer. Non, j'étais persuadée qu'il souffrait à chaque fois qu'il devait blesser quelqu'un de son entourage. Je pouvais le voir qu'il tenait à sa famille, qu'il voulait protèger les gens qu'il aimait. Aimer... Ça aussi c'était un sujet compliqué car il était dans les positions que moi. L'amour, tout ça, je n'y croyais pas. La seule que je croyais c'était ma soeur et maintenant qu'elle n'était plus là, je préférais oublier la sensation que cela faisait d'être aimée.

Quand il dévoila qui il était, je restais stoïque un peu choquée. Il me menaçait enfin il essayait tout du moins. Je lui souris comme réponse et haussais les épaules. De toute façon quoi que je disais si il était décidé à me tuer, il y arriverait. Mais je savais qu'il ne le ferrait pas. Il ne me ferra pas de mal sinon il l'aurait déjà fais. Je sursautais quand je le vis prêt de moi aussi rapidement et me tendit lorsqu'il touchait l'une de mes mèches. Je ne bougeais pourtant pas, lui prouvant ma confiance en lui. J'observais son visage et son sublime sourire. Je me mordis automatiquement la lèvre face à son petit rictus charmeur.

Je l'écoutais et regardais de gauche à droite à plissant des yeux signe de mon incompréhension. « Heu... Non je ne trouve pas. Je ne veux pas prendre une photo aussi étrange sur mon portable. Imaginons que quelqu'un prend mon portable et tombe là-dessus... J'aurais l'air bien maline tiens ! Mais pour votre numéro par contre, ça serait avec plaisir...» Je ne pus retenir un rire en imaginant la tête du type qui trouverait la photo. Rire vite stoppait par la chute de son corps ivre sur le mien m’entraînant sur le sol avec violence. Je toussotais en essayant de bouger un peu sonnée.

Ses paroles et la voix qui les accompagnaient me figèrent. En quelques secondes mon visage rougit. Je posais une main sur son bras, horriblement gênée. Je retournais le regard aussi tôt en balbutiait «Je hum... Je pourrais croire que.. vous le faites exprès » J'essayais de garder mon répondant malgré la circonstance et mon visage plus rouge qu'une tomate. Bon dieu ce qu'il était sexy ! Je secouais la tête pour me remettre. A ça non, Illiana tu n'avais pas le droit. Je posais un oncle sur mes lèvres sans vraiment m'en rendre compte en me gardant bien de croiser son regard.

© FieryAmaryllis pour Epicode


No light, no light in your eyes
On refuse d'y croire, on le fuit sans jamais le connaitre. Il est ce sentiment insaisissable qui nous oppresse... L'amour parait déraison aux yeux de l'ignorant. ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

 - Deadly Valentine - Feat Illiana Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Total Green Theme by Nokialino
» Green Coffee Buying Club
» Marathon Anne of Green Gables semaine 2 - 2ème téléfilm
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Tunisie 1943 S35 et Valentine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Diaries :: Mystic Falls :: La Forêt-